Technique et chantier

Du ballast ferroviaire posé à l’aide d’un finisseur routier

Mots clés : Réseau routier - Transport ferroviaire

Route. Cette technique originale, mise en pratique sur la ligne à grande vitesse Bretagne – Pays de la Loire, permet de poser un cordon de 1 200 m en un poste.

On parle allemand en Bretagne. Du moins sur un atelier du chantier de la ligne à grande vitesse Bretagne – Pays de la Loire, confié par Eiffage à sa filiale germanique Wittfeld. Celle-ci possède un savoir-faire tout particulier dans la pose de ballast, et ces 220 km de voies nouvelles lui donnent l’occasion de faire la preuve de son talent et de son originalité : le lit de préballastage où les rails seront par la suite posés, épais de 20 cm, large de 4,60 m, est mis en place par des finisseurs routiers. Deux Vögele Super 1900 série 3 flambant neufs, livrés pour l’occasion, avancent ainsi à la vitesse de 1 200 m/j, en un poste de travail. « Seule cette technique nous permet d’atteindre une telle cadence. C’est plus rapide et plus précis qu’une mise en place à la niveleuse », estime Victor Müller, chef de chantier chez Wittfeld. Autre avantage : le lit de ballast, compacté par la table de pose, affiche une meilleure portance. La précision est acquise grâce à un guidage par satellites. Mais comment faire passer des cailloux de 62 mm dans des machines conçues pour des granulométries n’excédant pas 50 mm ? « Le finisseur est équipé d’un kit haute robustesse destiné à réduire l’usure de la machine et à satisfaire aux exigences particulières. Les convoyeurs à bande, entre autres, sont recouverts de plaques robustes en caoutchouc, et des ailes de vis modifiées, d’un diamètre réduit, sont utilisées. La machine dispose par ailleurs d’un blindage intérieur », détaille Wirtgen France, le fournisseur de ces machines. La trémie a également été adaptée pour que des tombereaux articulés de 30 t puissent y verser. Sa capacité monte à 14 t. Pour le compactage, la table de pose est équipée d’un vibreur et d’un dameur dont la course est de 4 mm, ce qui est beaucoup. Ce n’est pas tout : le lit de ballast se doit d’être horizontal bien que posé sur un support en dévers. Conséquence : une pose asymétrique. La gamme des hauteurs de pose du bord gauche au bord droit de la table s’étend de 20 à 50 cm, ce qui ajoute de fortes contraintes mécaniques. Après six mois de travail et 800 000 t de cailloux hautement abrasifs mis en œuvre, il est probable que les deux finisseurs aient besoin d’une bonne cure de jouvence avant d’envisager un nouveau chantier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X