Territoires

Dordogne Forêt de voiles en béton pour Lascaux 4

Mots clés : Béton

A Montignac, la construction du centre international de l’art pariétal Montignac-Lascaux, dit Lascaux 4 (10 000 m2 de surface de plancher), bat son plein avec 50 % du gros œuvre terminé mi-mars. La forêt de voiles en béton, dont la hauteur varie de 8 à 15 m et l’inclinaison de 2° à 9°, est encore visible ainsi que les parois clouées et parisiennes qui fondent le bâtiment à flanc de colline. « Conformément à l’exigence du cabinet d’architecture norvégien Snøhetta qui voulait un béton à l’aspect le plus brut possible, tout est coulé en place avec des temps de coulage qui peuvent varier entre 10 et 12 heures », explique Jacques Gabillard, directeur de travaux chez Lagarrigue, filiale de NGE qui réalise avec Sopreco, Siorat, Sud Fondations, Cabrol, SNEI et AAI, le macrolot n° 1 (terrassements, fondations, gros œuvre, charpente métallique, étanchéité de la toiture-terrasse, aménagements extérieurs).

Bandeau de façade architectural.

En avril, le groupement s’attaquera au bandeau de façade architectural de 170 m de longueur. En béton, il s’accrochera à une structure métallique posée sur deux poteaux de 6 m de hauteur. Au total, 15 000 m2 de béton architectonique seront mis en œuvre pour ce bâtiment long de 150 m et large de 60 m qui coûtera 50 millions d’euros HT en travaux. Outre la mobilisation de 65 compagnons, le groupement a installé quatre grues, mis en œuvre deux types d’outils coffrants et créé une cellule travaux composé d’un conducteur principal, de trois conducteurs de travaux et de trois chefs de chantier. L’autre prouesse technique sera la toiture, dont le niveau, au droit de la paroi arrière, correspondra à celui du terrain naturel. « Le complexe se compose d’une charpente métallique et d’un bac collaborant. Le tout sera recouvert d’un complexe végétalisé qui a fait l’objet d’un Atex », détaille le directeur de travaux. D’autres défis, dont la réalisation de la copie de la grotte de Lascaux, attendent la quarantaine d’entreprises choisies par le conseil général de la Dordogne pour réaliser l’équipement qui doit être livré à l’été 2016.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X