Actualité QUESTIONS À

Dominique Braye, président de l’Agence nationale de l’habitat. – « L’Anah aidera davantage les propriétaires occupants »

– Quelle est la philosophie du nouveau régime d’aides ?

La feuille de route du gouvernement était précise : optimiser les aides de l’Anah, notamment au regard de leur efficacité sociale et les simplifier en améliorant leur territorialisation. Une véritable révolution culturelle a été engagée pour remettre à plat le dispositif. Il en ressort deux priorités : les propriétaires occupants modestes et la lutte contre l’habitat indigne. L’Anah va donc enrichir ses prestations d’accompagnement pour toucher la personne dans son logement. Ces principes se traduisent dans la grille d’aides adoptée le 22 septembre, qui entrera en vigueur le 1 er janvier (1).

– Comment muscler l’aide aux propriétaires occupants ?

Les plafonds d’intervention seront sensiblement relevés et les financements majorés, avec pour l’habitat très dégradé un plafond de travaux augmenté (50 000 euros contre 20 000 euros pour l’aide de base). Nous développerons aussi les cofinancements pour l’adaptation des logements à la perte d’autonomie. Pour cela, nous avons besoin des collectivités.

– Comment seront aidés les bailleurs ?

On sort de la logique de guichet. Nous allons nous recentrer sur les logements dégradés nécessitant des travaux plus importants, avec un diagnostic préalable. Nous avons établi une grille d’évaluation pour déterminer la subvention. Et notre aide sera « écoconditionnée », c’est-à-dire que le logement devra entrer au moins dans la catégorie énergétique E.

Propos recueillis par Laurence Francqueville n
Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) La nouvelle grille d’aides de l’Anah est publiée en cahier « Textes officiels », ainsi que l’arrêté sur le fonds d’aide à la rénovation thermique (Fart). En 2009, 619 millions d’euros de subventions ont été accordés pour améliorer l’habitat (dont 200 millions via le plan de relance), générant 2,3 milliards de travaux bénéficiant à 160 600 logements : 366 millions pour des propriétaires bailleurs, 178 millions pour les propriétaires occupants et 75 millions pour les syndicats de copropriétaires. Ces crédits d’intervention sont stables en 2010, en prenant en compte le Fart (- 12 % sinon).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X