Autres CÔTE D'AZUR

Dix jardins éphémères raniment le tourisme

Mots clés : Manifestations culturelles - Tourisme

Les jardins servent de catalyseur à la relance du tourisme azuréen. Ambition confortée par la première édition du festival des Jardins de la Côte d’Azur qui s’est tenu du 1er avril au 1er mai derniers. Les œuvres présentées à Nice et à Menton jouent les prolongations cet été.

Réponse des fleurs au camion de la mort qui, le 14 juillet 2016, avait semé la terreur sur la promenade des Anglais, la première édition du festival des Jardins de la Côte d’Azur a comblé son public durant tout le mois d’avril. Touchée dans le site emblématique de son rayonnement touristique mondial, Nice a riposté au côté des quatre villes sélectionnées pour la programmation « on » : Menton, la capitale du citron grâce à son climat subtropical ; Grasse, pour ses parfums inscrits au patrimoine mondial ; Antibes, pointe avancée de la recherche sur les roses ; et Cannes, modèle d’un autre événement printanier et international… Plus encore qu’au cinéma, le « on » sert ici de révélateur au « off » qui constitue l’enjeu profond du festival, comme le souligne Catherine Moreau, conseillère départementale, adjointe au maire de Nice et entrepreneure en paysage : « Vingt-cinq communes issues de toutes les vallées se sont mobilisées, de la mer à la montagne, pour témoigner des savoir-faire qui conduisent à l’apaisement, à la convivialité et au retour vers la nature », s’est enthousiasmée l’élue, le 26 avril en présentant l’événement à l’Association des journalistes du jardin et de l’horticulture. Trait d’union entre le on et le off, le cahier des charges des candidats à la sélection officielle les a contraints à concevoir des espaces inimaginables ailleurs, et à traiter de « L’éveil des sens », thème de la première édition. Le jury international parrainé par Jean Mus a choisi dix jardins de 200 m2 qui se sont épanouis tout au long du mois d’avril à raison de deux par ville. Ceux de Nice et de Menton joueront les prolongations pendant la saison estivale. Étendard de...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 400 du 16/06/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X