Enjeux Universités

Dix facs bientôt libres de gérer leur patrimoine

Mots clés : Conservation du patrimoine - ERP sans hébergement

Une dizaine d’universités devraient bénéficier de la dévolution du patrimoine et du foncier d’ici la fin 2016, a indiqué Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et de la Recherche, lors d’un colloque sur la vie de campus. Elles seraient alors en mesure de gérer librement leur patrimoine. « Nous allons d’abord vérifier la solidité financière de ces universités et leur capacité à porter la dévolution dans la durée », précise-t-il. Selon les conseils de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), deux approches pourraient être développées. Pour les universités disposant d’un patrimoine valorisable, le transfert pourrait être total et immédiat. Pour les autres, il serait progressif. L’IGF et l’IGAENR se montrent très favorables à la dévolution, car elle a « une influence positive sur les regards portés par les collectivités locales aux universités en matière d’aménagement urbain, de réserve foncière, etc. » En outre, elle a « permis d’intégrer la stratégie immobilière au cœur de la stratégie de développement des universités » tout en facilitant l’entretien des bâtiments.

Signer architecturalement les campus.

Pour Thierry Mandon, « l’université de demain se joue sur trois terrains : le renforcement de la politique de site, l’innovation pédagogique et numérique, et l’immobilier ». Et de poursuivre : « Le campus de demain doit être un lieu qui fait pont avec la vie économique, cela doit se traduire physiquement. Les bâtiments construits aujourd’hui sont fonctionnels et confortables. Mais il faut signer architecturalement nos campus. L’université est un lieu d’élévation, l’architecture doit le symboliser. D’autant que cela ne coûte pas plus cher de faire appel à un bon architecte ! » Reste à savoir si les universités sont perçues comme des maîtres d’ouvrage attractifs par la profession… La dévolution du patrimoine et du foncier pourrait les rendre plus séduisantes aux yeux des professionnels de la construction.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X