Enjeux

« Dire que le BIM fait gagner 20 % des coûts n’est pas sérieux ! »

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

La maquette numérique n’a pas de formule magique pour réduire les coûts de construction.

Pascal Asselin, président de l’Union nationale des économistes de la construction (Untec).

A l’occasion de du 44e congrès de l’Untec qui s’achève le 27 mai à Mâcon, Pascal Asselin fait le point sur l’actualité de la profession. Il évoque notamment l’étude réalisée par les économistes de la construction sur les coûts travaux 2014 et 2015.

Comment les coûts travaux ont-ils évolué depuis la crise financière de 2008?

Ils se sont stabilisés. C’est ce qui ressort de l’étude menée par l’Untec sur les coûts de construction (lire page suivante). Ceux-ci sont aujourd’hui au niveau de ceux de 2008. La RT 2012, pour ne citer qu’elle, n’a renchéri que très momentanément les ouvrages. Le niveau des prestations des bâtiments a augmenté mais les coûts de construction sont restés ce qu’ils étaient. Ce progrès s’est fait à la charge des entreprises de la filière du BTP. Est-ce acceptable ?

Le BIM peut-il réduire la facture de 20%?

Dire que la maquette numérique (le BIM) fait gagner 20 % des coûts n’est pas sérieux. C’est de la science-fiction ! Les retours d’expérience montrent un alourdissement des charges pour les professionnels qui investissent. A quand un retour sur investissement ? Pour l’instant, il faut s’équiper et se former. Et trouver les rares maîtres d’ouvrage qui se lancent. Quant à cette prétendue réduction de 20 %, que savons-nous des bâtiments que nous construirons en 2025 ? Nous avons plus progressé en performances ces dix dernières années que pendant les cinquante ans qui les ont précédées.

Pourtant, la maquette numérique est en train de bouleverser vos métiers. Qu’en attendez-vous?

Une meilleure productivité dans nos métiers, bien sûr. Une réduction des malfaçons lors de la mise en œuvre. Et, en particulier, un rapprochement des constructeurs et des gestionnaires immobiliers. C’est le principal intérêt du BIM et son modèle économique pour l’avenir, en réalisant des projets globaux intégrant les données d’exploitation pour garantir les performances économiques et techniques. Et maintenir la qualité d’usage.

Ces questions sont-elles évoquées au congrès de l’Untec?

Bien entendu. Les nouveaux outils numériques et les réseaux transforment nos métiers, changent la production des bâtiments, bousculent nos pratiques et font évoluer rapidement la société. BIM, objets connectés, ubérisation, drones, blockchain… nous avons besoin de partager nos connaissances et les expériences pour préparer l’avenir. C’est le sens de ce congrès.

L’économie de la construction peut-elle délivrer ses prestations par l’intermédiaire de plates-formes en ligne?

Nos métiers fonctionnent aujourd’hui avec des logiciels qui nous permettent d’estimer et de décrire les ouvrages avec beaucoup d’efficacité à chaque phase des projets. En les développant, nous ne cessons de progresser. Mais à l’échelle des projets que nous traitons, les algorithmes des plates-formes ne peuvent se substituer à toutes relations humaines. Nous avons besoin de discuter avec nos clients et les autres professionnels de la construction. Un bâtiment n’est pas qu’une somme de données numériques. Et les plates-formes ne sont pas notre modèle économique.

Constatez-vous un redémarrage de l’activité ?

Nous commençons à le mesurer. Mais il n’est pas une fin en soi. C’est la responsabilité citoyenne des donneurs d’ordre de rémunérer correctement les prestataires. Sans se laisser bercer d’illusions par des offres souvent anormalement basses. Dans les offres travaux, nous découvrons trop souvent des offres qui varient du simple au double à l’ouverture des plis. Et du simple au triple sur les offres de maîtrise d’œuvre : ne mettons pas en danger nos entreprises ! Elles sont l’avenir de nos jeunes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X