Régions Saône-et-Loire

Des schistes remblaient une zone industrielle

Le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) d’Autun et la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) de Bourgogne-Franche-Comté accompagnent la communauté de communes du Grand Autunois Morvan pour l’élaboration, dans ses appels d’offres, de clauses techniques et juridiques pour le recours aux matériaux recyclés.

Sécuriser les utilisateurs. L’extension de la zone industrielle de Saint-Forgeot motive cette initiative : elle jouxte un gisement de 30 000 m3 de résidus de schistes bitumineux. Les sous-couches des plates-formes et des voiries seront réalisées avec ce matériau issu de la mine des Télots, fermée en 1957.

« La rédaction de telles prescriptions vise à sécuriser, auprès des maîtres d’œuvre, des entreprises et des maîtres d’ouvrage, l’utilisation des matériaux recyclés qui rencontre avant tout un frein psychologique », estime Luc Quillon, directeur du pôle économie de la communauté de communes.

Le laboratoire d’Autun du Cerema a confirmé les propriétés mécaniques du schiste bitumineux en remblai, dans cette zone non inondable, dès lors qu’il est enfoui à une profondeur d’au moins 40 cm. De son côté, la FRTP organisera des chantiers-écoles pour mettre au point une méthodologie de mise en œuvre. Le premier exemple doit démarrer ce printemps avec l’agrandissement de l’usine de literie Veldeman, implantée dans la zone industrielle.

Le Cerema va poursuivre ses investigations dans un rayon de 50 km où sont identifiés des gisements de sables de fonderie, notamment au Creusot et à Epinac.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X