Régions Dunkerque

Des projets d’aménagement à la pelle pour le port

Mots clés : Aménagement du territoire - Gares, aéroports - Matériel - Equipement de chantier - Transport maritime

Avec ses 2 500 ha de terrains aménageables, le port de Dunkerque dispose d’une des plus importantes réserves portuaires d’Europe. Ses responsables souhaitent aujourd’hui en tirer parti pour stimuler encore davantage une dynamique économique très positive, qui a vu notamment le trafic de conteneurs augmenter de 7 % en 2016. Après avoir investi près de 15 millions d’euros dans le nouveau terminal transmanche, dont plus de 80 % à sa charge, le port ambitionne désormais d’accompagner la montée en puissance des conteneurs. Pour pouvoir accueillir les navires dans des conditions optimales, une première extension de 500 m du quai de Flandre est en chantier. « Les travaux qui ont débuté en février sont estimés à 61 millions d’euros, dont plus de 20 millions pour la seule année 2017. Le marché est divisé en trois lots principaux », détaille Erwan Le Bris, le nouveau directeur de l’aménagement et de l’environnement du port.

Cap 2020, le plan qui voit large. Cette première extension, non soumise au débat public, n’est que la mise en bouche de l’ambitieux projet Cap 2020. Lequel prévoit, à l’horizon 2020-2021, de commencer le creusement de 2 km linéaires de bassins supplémentaires. Cette opération, réalisée en deux phases successives sur une largeur d’au moins 300 m, entraînera le déplacement de 30 à 50 millions de m3 de sédiments et de terre. Le budget avoisine 600 millions d’euros. « Deux scénarios vont être soumis à débat public avant la fin de l’année : la création d’un nouveau bassin à l’est, passant à côté du terminal méthanier, et l’extension au sud du bassin de l’Atlantique. Le conseil de surveillance du port s’est prononcé pour cette deuxième option », explique Erwan Le Bris.

Cap 2020 inclut aussi l’aménagement à proximité de 350 ha de surface logistique, destinée à alimenter le trafic de conteneurs. Sans attendre cette échéance, le port aménage déjà 150 ha de zones d’approvisionnement à proximité du terminal à conteneurs et de 150 autres plus au sud pour accueillir des activités agro-industrielles. « Il s’agit d’aider à créer de la richesse. Cela permettra de remplir les conteneurs afin qu’ils ne repartent pas vides », explique Stéphane Raison, le président du directoire du grand port maritime de Dunkerque. « Trois entreprises d’envergure ont décidé en 2016 de s’implanter sur le site », se félicite François Soulet de Brugière, le président du conseil de surveillance du port. Ecocem travaille ainsi à la mise en place d’une unité de production de ciment écologique à base de laitier de haut-fourneau. La mise en service est prévue à la fin de l’année. Pour cela, l’entreprise a signé un contrat avec le port qui mettra à sa disposition un terrain de 4 ha. Toujours sur le port, Ecophos construit une unité de production de phosphate qui devrait être opérationnelle en septembre, tandis qu’Indaver mettra en service une unité de production d’acide chlorhydrique à la fin 2018.

Pour mieux connaître les caractéristiques de son énorme réserve de foncier, le port envisage d’installer des piézomètres. Ces forages lui permettront notamment de connaître avec précision la hauteur des nappes d’eau de ses terrains.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X