Autres ASSURANCE

Des prestations sur mesure pour les entreprises et les concepteurs

Mots clés : Artisanat - Hygiène et sécurité du travail - Protection sociale - Retraite - Second oeuvre

La fin des monopoles n’a pas chamboulé le marché de la retraite et de la prévoyance : Agrica et Garance restent solidement ancrés parmi les entrepreneurs et artisans. Plus évolutive, la couverture des risques professionnels conforte les approches sur mesure, conditionnées par une connaissance intime des opérations paysagères.

La réédition, fin avril, du guide de l’assurance proposée à ses adhérents par l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep) révèle une forte préoccupation face à un sujet sensible pour les finances comme pour la gestion administrative. « Nous avions d’abord envisagé une simple mise à jour du guide de 2009, devenu obsolète. Le retour d’expérience de notre service d’assurance juridique, qui reçoit chaque lundi les questions des entrepreneurs, nous a conduits à une remise à plat des sujets qui suscitent le plus de questions », témoigne Irène Oubrier, directrice technique chargée de l’innovation et de l’environnement à l’Unep. Les véhicules de location et l’extension des domaines couverts par l’assurance décennale font partie des questionnements récurrents des utilisateurs du SVP de l’organisation professionnelle. Une autre source conduit à l’approfondissement de la réécriture du guide : la commission technique de l’Unep a renégocié le contrat-cadre proposé aux adhérents. L’exercice a confirmé la complexité croissante du sujet, articulé autour de quatre thèmes: responsabilité civile ; garantie décennale ; matériels de paysage ; et flotte de véhicules. « Ce travail intéresse les deux parties : la compagnie d’assurance trouve un accès privilégié au marché du paysage, et l’entrepreneur souscrit à un tarif préférentiel », explique Sébastien Maffrand, président de la commission technique. Mais les entrepreneurs ont profité de l’effet de masse pour arracher des garanties adaptées à des familles d’ouvrages encore peu connues par les assureurs : « Certaines compagnies refusent de couvrir les baignades biologiques ou les murs en gabion », constate le président de la commission technique. Au-delà des tarifs et des clauses, le contrat type décroché par Axa répond à l’obligation qui s’impose à tout prestataire de services désireux de fidéliser son...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 398 du 14/04/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X