Architecture Technique Fondations

Des poteaux préfondés sous un immeuble

Mots clés : Fondation - Stationnement

La construction en taupe de quatre niveaux de parking a nécessité d’optimiser la section et la résistance des poteaux.

L’immeuble de bureaux R + 8 « Le Chandler » à Levallois- Perret (Hauts-de-Seine) comprend quatre niveaux de parking souterrain réalisés en taupe, à l’abri d’une paroi moulée périphérique de 25 à 30 m de hauteur (250 m de linéaire pour une épaisseur de 62 et 82 cm). « Le choix de ce mode opératoire répond, bien entendu, aux impératifs de délai, explique Yohan Follezou, conducteur de travaux de Fayat Bâtiment Ile-de-France, mais aussi aux contraintes de voisinage, la présence de nombreux bâtiments mitoyens nous interdisant la pose de tirants. » Cette méthode permet d’éviter la mise en œuvre d’une forêt de butons, durant la phase provisoire, en contreventant la paroi moulée à l’avancement des terrassements au moyen des planchers intermédiaires construits au fur et à mesure. Ce mode opératoire a nécessité de revoir l’avant-projet, dimensionné pour une intervention classique. « Les poteaux de 0,30 x 0,70 m de section se révélaient incapables de reprendre les descentes de charge et de résister aux contraintes de flambement », précise Yohan Follezou. La technique en up and down (construction simultanée de la superstructure et de l’infra) a nécessité de terrasser sur deux niveaux simultanément (soit 5 à 6 m de hauteur) afin de permettre la circulation des engins. Comme il fallait également optimiser la section des poteaux pour libérer le maximum de surface possible, le bureau d’études a préconisé la mise en œuvre de poteaux préfondés en béton C80/95 ancrés de 2 m sous le radier. Un défi pour le préfabricant Capremib qui ne disposait que de C60 et C75 dans son catalogue. « La classe de résistance à la compression exigée n’est pas courante dans nos métiers », souligne Jean-Christophe Wolff, le directeur préfabrication lourde. Pari tenu, l’entreprise a développé en quatre mois la formule idoine, ses caractéristiques techniques étant soumises avec succès à l’épreuve de convenance effectuée par un laboratoire extérieur (Calcia). Le béton devait, de plus, offrir une résistance XA2 aux attaques chimiques et présenter un bon état de surface car les poteaux seront visibles dans les parkings.

Tolérances de pose sévères.

Les performances ont été atteintes via la mise au point d’une formulation de béton autoplaçant à base de ciment type CEM III PM-ES, et même dépassées. Capremib a fourni un béton de classe XA3 correspondant aux exigences d’un environnement à forte agressivité chimique. Au final, l’entreprise a préfabriqué, selon cette formule, 15 de 59 poteaux, de 13,20 m et 14,05 m de longueur.

Les travaux ont nécessité l’exécution de barrettes de fondation (1,05 x 2,80 m) de 20 m de profondeur, réalisées à partir du terrain naturel par une benne preneuse. Une fois la cage d’armatures (8 à 12 m) mise en place et maintenue en tête par des barres de calage, la barrette était bétonnée et le poteau préfondé correspondant descendu dans le béton frais. A noter que tous les poteaux étaient équipés des réservations nécessaires aux appareils de levage afin de permettre leur manutention et leur maintien durant la prise du béton.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : SNC Marignan Résidences. Maîtrise d’œuvre conception : DGM & Associés ; Scyna 4, BET structure. Maîtrise d’œuvre exécution : Imogis ; Acetech Structure, BET. Bureau de contrôle : BTP Consultants. Coordonnateur SPS : LS Conseils. Entreprises : Fayat Bâtiment Ile-de-France, Sefi-Intrafor (fondations).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X