Produits Sécurité

Des portillons à foison

Mots clés : Administrations, banques, bureaux ouverts au public

Dans les transports, les halls d’accueil, les espaces de loisirs ou les administrations, les portillons piétons ont remplacé les poinçonneurs ou les surveillants. Ces équipements de sécurité doivent donc allier la robustesse, l’esthétique et la simplicité d’usage. L’offre, très variée, est également modulaire.

Sécurité, régulation, dénombrement, filtrage d’accès… le portillon piéton assure de multiples fonctions, raison pour laquelle il s’est banalisé dans les entreprises ou les administrations. Concrètement, il s’agit d’une barrière qui ne laisse passer qu’une seule personne à la fois (unicité de passage). Son franchissement sert à contrôler un accès, autoriser le passage dans un sens ou l’interdire dans l’autre, compter, contrôler ou percevoir un droit d’entrée, sélectionner des personnes habilitées ou limiter l’entrée à certains lieux sensibles.

L’équipement doit aussi supporter facilement un système de cellules, des moyens de réception et de transmission, de comptage (mécanique ou électronique) ou de lecture (billets, badge, relevé biométrique) que le piéton utilisera seul.

Lot « courants faibles »

Le portillon remplace à moindre coût le personnel pour le contrôle des flux de personnes, entrées et sorties. Ils doivent donc être robustes, fiables et surtout, fonctionner de manière intuitive. Voilà pourquoi les fabricants utilisent une armature en acier inoxydable et des mécanismes très résistants qui réclament peu d’effort pour l’utilisateur.
Inscrite dans le lot « courants faibles » des projets architecturaux, la pose des portillons est réalisée par la plupart des fabricants pour le compte des entreprises électriques. Elle s’effectue par boulonnage sur chape et revêtement de sol avec une connexion électrique. Les versions à air comprimé ont presque toutes disparu.
En France, les premières implantations à grande échelle datent des années 1960 dans les transports publics. Très tôt, le métro parisien a remplacé ses célèbres poinçonneurs par des tripodes antifraude fournis à l’époque par Klein Access Design. Depuis, les équipements se sont sophistiqués pour entrer dans les entreprises et les administrations sous de multiples formes, plus ou moins design, avec des tourniquets...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 346 du 26/11/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X