Dossier 1 Conception

Des parties pas si communes dans un projet de logement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

« Tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin », affirmait l’écrivain Théophile Gautier. Utiles, les parties communes le sont indéniablement. Leur conception peut néanmoins être gage de qualité et source de réinvention.

Sans parties communes, pas d’habitat collectif. Marquant la limite entre les espaces public et résidentiel, articulant les circulations au sein du bâtiment et offrant des services indispensables au quotidien des habitants, elles constituent en quelque sorte l’épine dorsale d’un projet. Toutes susceptibles qu’elles soient d’apporter une réelle valeur ajoutée, les parties communes sont parfois délaissées. Entre intentions louables et économie du projet, les arbitrages sont en effet ardus, d’autant qu’à cette équation s’ajoutent les réglementations sur la sécurité incendie et l’accessibilité, ainsi que les problématiques d’entretien et de sécurisation de ces espaces.

« Ce cumul d’exigences oblige le maître d’œuvre à composer en permanence », constate Paul Pflughaupt, architecte associé de Vous Êtes Ici Architectes. Chef de projet d’une opération récemment livrée rue du colonel-Driant (Paris 2e) par l’agence de Bruno Pantz pour le compte de 3F, l’architecte Éléonore Gurnade le confirme : « Nous avons dû négocier pour convaincre la maîtrise d’ouvrage de conserver le principe d’un escalier à jour central éclairé naturellement grâce à des pavés de verre. Celle-ci souhaitait le remplacer par un escalier à fût classique, afin de faire baisser le marché. Ce n’est qu’en réalisant une importante économie en début de chantier – par la suppression d’un sous-sol -, que nous avons obtenu de réintégrer ce poste. » Un exemple parmi d’autres qui résume bien la nécessité de trouver un terrain d’entente pour satisfaire à la fois les exigences de qualité et de rendement de plan.
Au-delà, les solutions varient de manière significative selon la situation géographique, le plan-masse, l’échelle du projet, ou selon qu’il s’agit de construction neuve ou de...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 344 du 17/09/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X