Edito

Des objets et des hommes

Vous avez dit IoT ? Voilà à peine trois ans, on vous aurait demandé, les yeux grands ouverts : « Qu’est-ce donc ? » Aujourd’hui, on vous regarde toujours les yeux grands ouverts, mais avec émerveillement ou, au contraire, avec appréhension. Quoi qu’il en soit, l’Internet des objets (« Internet of Things ») ne laisse pas indifférent. Les fabricants, les promoteurs immobiliers, les informaticiens s’activent. Fenêtres, tuiles, volets, chauffe-eau, miroirs, douches, matériaux… Chaque jour, de nouveaux objets connectés font leur apparition, dotés de toujours plus de logiciels, de capteurs et de données. Au-delà de cet « IoTmania », qui ne fait que commencer, le bâtiment peut y voir un outil d’amélioration du confort des occupants et de la performance énergétique.

Faire en sorte que les objets connectés ne soient pas des gadgets.

Pour que l’IoT prenne tout son sens, les objets tourneront autour de l’homme. Ils agiront en fonction de sa voix, de ses gestes et, peut-être même, de sa pensée. Ils dialogueront entre eux afin que les données collectées puissent être centralisées et lisibles sur une seule et même interface. Ils exploiteront de manière intelligente toutes les informations, et tout cela à moindre coût ! La question de la sécurisation, de la protection des données personnelles et de leur usage est aussi au cœur des préoccupations. Autant de défis à relever pour que les objets connectés ne soient pas assimilés à de simples gadgets.

Les enjeux sont grands, et le jeu en vaut la chandelle. Car c’est bien du logement, du bâtiment et de la ville de demain dont il est question. Les premiers bâtiments connectés ont déjà vu le jour. Des capteurs permettent de réguler la température, d’adapter les volets roulants tout au long de la journée, de piloter l’éclairage. Un service de conciergerie numérique facilite même la vie des occupants. Quant aux futures smart cities , même principe, mais à l’échelle de toute une ville. Ces prototypes sont perfectibles certes, nous n’en sommes qu’aux débuts. Reste à avoir un peu la tête dans les clouds et à garder les pieds sur terre. Soyons connectés !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X