Autres

Des nacelles suspendues pour rénover la Grande Arche de la Défense

Mots clés : Dallage - Entreprise du BTP - Matériel - Equipement de chantier - Produits et matériaux

Bâtiment. Afin de travailler en sous-face des tympans inclinés, Eiffage Construction a imaginé un moyen d’accès original. L’échange des dalles de marbre pour des dalles de granit peut alors s’opérer.

Rappelons-le : le marbre est un matériau poreux. Même les magnifiques dalles en marbre blanc de Carrare finissent par se gorger d’eau, par se déformer et se disjoindre. Celles utilisées pour le parement de la Grande Arche de la Défense ne font pas exception et menacent aujourd’hui de se décrocher. Il est temps de les remplacer par d’autres dalles, cette fois-ci en granit. Mais comment accéder à la sous-face du bâtiment, comprenant des tympans inclinés à 45° et culminant à 100 m de haut ? « Nous avons d’abord pensé à un échafaudage tubulaire mais les contraintes liées au vent étaient trop fortes, se souvient Étienne Bos, directeur du projet Grande Arche chez Eiffage Construction. Puis nous avons réfléchi à une plate-forme autoélévatrice. Mais ses mâts auraient nécessité de solides fondations que nous ne pouvions pas réaliser. La nacelle suspendue s’est imposée. » Il ne s’agit pas d’un vulgaire panier accroché à des câbles, mais d’un matériel sur mesure particulièrement complexe. « Nous avons d’abord installé sur le toit une structure métallique qui prend appui sur les descentes de charges. Nous nous reprenons sur cette structure extérieure pour installer un réseau de poutres à l’intérieur du toit. C’est sur elles que les rails sont placés. » Cette charpente métallique provisoire pèse quelque 40 t. Y sont accrochés les paniers, au nombre de deux. Inclinés, cloisonnés pour éviter que les compagnons ne soient confrontés à la vue du vide, ces outils de travail sont particulièrement ergonomiques. Ils sont longés par un petit chariot tiré par câbles, à la manière d’un funiculaire, pour évacuer les dalles de marbre et apporter celles en granit. Ces apports et ces évacuations se font depuis une trémie surmontée d’un palan accessible depuis le toit. À l’intérieur du panier, quatre postes de travail mobiles ont été aménagés, se déplaçant au moyen de moteurs électriques et équipés d’un bras hydraulique pour faciliter la manutention des dalles (80 kg pièce). Pourquoi deux nacelles de ce type plutôt qu’une seule ? « L’intervention sur un tympan nécessite la présence d’une nacelle pendant quatre-vingts jours. Nous commençons par deux nacelles pendant vingt jours, puis l’une est transférée sur l’autre tympan. Elle y travaille seule durant quarante jours avant que la seconde nacelle vienne doubler la capacité lors des vingt derniers jours. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X