Architecture Technique Lyon

Des magnétomètres dans la chaussée du Ve arrondissement

Mots clés : Chaussée

Après un premier test dans la montée des Carriers, la municipalité de Lyon a entrepris d’étendre la détection à 200 points lumineux du Ve arrondissement. Ils sont opérationnels depuis le printemps 2015. Son service d’éclairage a cherché à réduire la dépense. « Plus on installe de capteurs, plus on augmente le risque de défaillances. En outre, ces appareils restent assez chers », observe Thierry Marsick, responsable de l’éclairage public de la Ville. A l’entrée de la majorité des tronçons, les équipes de la voirie ont installé, sous la chaussée, un magnétomètre. Lors du passage d’une voiture, ce dernier détecte une perturbation du champ magnétique. L’information est transmise à l’ensemble des luminaires du tronçon, par l’intermédiaire du réseau électrique. Ceux-ci émettent à pleine puissance.
« Dans certains virages, le véhicule pouvait rater le magnétomètre. Nous avons alors posé des radars hyperfréquences, précise Thierry Marsick. Ces équipements provenaient de sociétés spécialisées dans la gestion du trafic routier. Nous souhaitions des systèmes capables de résister aux contraintes extérieures. » Les consommations de la zone ont, ainsi, diminué de 70 %.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X