Architecture Technique Travaux portuaires

Des fondations très spéciales

Mots clés : Béton - Fondation - Matériel - Equipement de chantier

Dans le Morbihan, Charier GC a foré et tubé à l’avancement, à l’aide d’un marteau fond-de-trou, 104 pieux en béton armé.

La demande en équipements de manutention adaptés aux activités de plaisance actuelles – et notamment aux exigences de carénage à sec – est de plus en plus forte de la part des plaisanciers disposant d’un poste d’amarrage dans certains ports du Sud Bretagne. C’est pourquoi, la Compagnie des ports du Morbihan a décidé d’améliorer et de moderniser les services techniques de Port-Haliguen, à Quiberon. Projet central de ce programme de modernisation : la construction d’une nouvelle fosse à élévateur pour bateaux plus large d’un mètre et permettant de gagner un mètre de tirant d’eau par rapport à l’ancienne installation. Mis en service en juin dernier, le nouvel élévateur sur pneus, quant à lui, offre des capacités de levage atteignant 38 tonnes, contre 16 auparavant.

Pour mener à bien ce projet, le maître d’ouvrage a confié la réalisation des travaux de fondation, de génie civil et de terrassement, démarrés en septembre 2014 et achevés en mai dernier, à Charier GC/Agence Semen. Sur ce chantier portuaire, l’entreprise bretonne a suggéré une variante pour les fondations de la darse (ou bassin d’accostage). « Nous avons proposé de réaliser des rideaux de pieux en béton armé – 104 au total, de 400 mm de diamètre pour une dizaine de mètres de profondeur -, avec des injections de coulis de ciment – 300 en tout, de 115 mm de diamètre et entre 3 et 8 m de profondeur – pour garantir l’étanchéité, en lieu et place des traditionnelles palplanches », indique Jérôme Petitjean, conducteur de travaux chez Charier GC.
Pour ce faire, un marteau fond-de-trou, spécialement acheminé du Japon, a été monté sur une foreuse Soilmec SR-30. « Avec cette méthode – peu utilisée en France -, nous avons foré et tubé à l’avancement, ce qui nous a permis de traverser les couches de terrain les plus dures tout en maintenant le forage dans le sol », précise Guillaume Coatanlem, directeur d’agence chez Charier GC. « Nous réalisions ces opérations de nuit – de sorte à pouvoir bétonner le jour -, au rythme d’une dizaine de tubes en l’espace de six heures environ, depuis une plate-forme dédiée. Nous retirions ensuite les tubes à l’aide d’un vibrofonceur », complète Jérôme Petitjean. Une fois les 104 pieux réalisés, des poutres de couronnement, représentant 53 ml, ont été coulées en place. Elles ont ensuite été surmontées de six poteaux carrés en béton armé de 3 à 4 m de hauteur. Ces derniers ont alors été liaisonnés par 40 ml de poutres en béton armé préfabriquées sur le chantier. Un chantier, au final, particulièrement technique, réalisé dans un espace très contraint et dans des délais très courts… contre vents et marées.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

104 pieux tubés et forés à l’avancement
160 m 3 de béton
100 m 3 de coulis de ciment

ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Compagnie des ports du Morbihan. Maîtrise d’œuvre : Arcadis. Titulaire du lot 1 : Charier GC/Agence Semen (cotraitant : Charier Travaux publics Morbihan). Calendrier des travaux : de septembre 2014 à mai 2015. Montant du lot 1 : 1,2 million d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X