Annuel atex

Des façades-armoires en polyester

Mots clés : Gros oeuvre - Produits et matériaux - Second oeuvre - Verre

Les coques en polyester de ce bâtiment hospitalier assurent à la fois la finition extérieure, l’isolation et la finition intérieure des chambres, en intégrant les armoires des malades.

Pas moins de 116 coques en polyester forment la façade fortement originale d’un des nouveaux bâtiments du ­Centre hospitalier de Valence ­(Drôme). Disposées individuellement ou jumelées de façon symétrique, elles surplombent la façade extérieure du bâtiment d’environ 50 cm. Totalement étanches à l’eau, à la vapeur d’eau et à l’air, ces coques ont une double fonction. En plus de constituer la peau isolante du bâtiment, elles forment, à l’intérieur des chambres, une petite « alcôve » réceptacle pour des armoires-placards. Ces placards rapportés autoportants, dont les éléments ne sont pas fixés aux coques polyester, gardent ainsi leur intégrité. C’est l’ensemble de cette technique qui a été soumis à la procédure de l’Atex. Il s’agissait d’en vérifier la tenue au feu, mais aussi la résistance aux chocs, les risques de désordres dus à la dilatation différentielle des peaux polyester et de l’ossature en acier, les risques de décollement éventuel de l’isolant en laine...

Vous lisez un article de la revue CTB Annuel ATEX n° 5 du 01/10/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X