Régions Lyon

Des étudiants caserneront à la prochaine rentrée

Mots clés : Droit du travail - Entreprise du BTP - Qualité de l'eau - eau potable

239,2 M€ d’investissements ont été inscrits au budget primitif du conseil départemental de Haute-Savoie pour 2017.

+ 13,2 % Evolution de l’effectif intérimaire du BTP en Auvergne Rhône-Alpes sur un an.

91,4 M€ ont été investis par l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse en Rhône-Alpes au second semestre 2016.

Le long de la place d’armes de l’ancien casernement Blandan, reconverti en parc urbain, une caserne longue de 240 m abritera, dès la rentrée prochaine, 227 logements étudiants. La résidence accueillera également 74 bacheliers boursiers issus d’établissements du réseau d’éducation prioritaire en poursuite d’études et, au rez-de-chaussée, des bureaux du Crous Lyon Saint-Etienne.

Ce projet d’un budget global de 12,8 millions d’euros est conduit par Eiffage Immobilier associé à la Société anonyme de construction de la Ville de Lyon (SACVL), qui assurera l’exploitation de la résidence pour le compte du Crous. « Par analogie, l’ensemble de l’édifice peut être comparé à un train dont les voitures – corps de bâtiments – s’accrochent en une série rythmée par les circulations verticales », souligne Jacky Suchail, l’architecte du projet. Une allée centrale, courant sur toute la longueur du bâtiment, distribuera les espaces de bureaux en rez-de-chaussée et les chambres dans les étages. La résidence proposera des studios standards, certains en double hauteur, d’autres pour personnes à mobilité réduite ainsi que des lieux de vie communs logés dans les pignons du bâtiment.

Organisation quasi militaire. L’architecte a dû s’adapter aux contraintes patrimoniales du bâtiment et aux dimensions des ouvertures existantes pour organiser les logements. « Nous n’avons pu apporter que des adaptations mineures en façade comme le rajout de meurtrières pour apporter de la lumière naturelle dans les chambres », illustre-t-il. Pour compenser le faible éclairement naturel, matériaux d’ameublement et couleurs des revêtements muraux et des sols seront dans des teintes claires. Alors que les travaux préparatoires ont démarré – curage et désamiantage du bâtiment -, une organisation de chantier quasi militaire est en place. « Nous avons segmenté ce chantier en cinq sous-chantiers qui démarreront en même temps et seront réalisés à la même vitesse », explique Arab Hassaoui, directeur Eiffage Construction Réhabilitation Centre Est en charge des travaux de réhabilitation.

Concrètement, les équipes dites « verticales » assureront tous les travaux intérieurs tandis que les équipes « horizontales » géreront toute la partie du clos ouvert. Une équipe d’encadrement travaux de huit personnes se chargera de coordonner l’ensemble et, en période de pointe, le chantier pourra concentrer une centaine de compagnons. Opérant dans un site urbain et contraint, l’entreprise générale a mis en place un système d’accès par badge pour l’ensemble des livraisons et des personnels.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X