Enjeux

Des disparités importantes dans les régions

Mots clés : Apprentissage

L’évolution des effectifs d’apprentis en région dépend du dynamisme du bassin économique et des politiques locales d’encouragement à l’apprentissage.

Grand Sud-OuestUne situation paradoxale

Au CFA du BTP de Limoges (260 apprentis) en Nouvelle-Aquitaine, le directeur David Audureau constate des situations diverses selon les secteurs : « En second œuvre, nous avons les possibilités d’accueil mais peu d’entreprises. A l’inverse, dans la menuiserie et le gros œuvre, j’ai une quinzaine d’entreprises qui cherchent des jeunes. » Au CFA de Gironde à Blanquefort, les jeunes ont organisé une marche de 8 km entre le CFA et le stade Matmut pour attirer l’attention d’employeurs potentiels. Il compte « 400 jeunes apprentis mais seulement 150 places en entreprise », se désole le directeur du CFA David Labarde. En Occitanie, dans les cinq CFA paritaires, la situation est plutôt morose. A Toulouse, le secrétaire général du CFA régional BTP Thierry Kopacki note – 6 % d’effectifs, soit 600 apprentis enregistrés au 1er octobre : « Les entreprises n’ont plus envie de former des CAP, mais il y a une forte demande d’encadrement de niveaux IV et V. Et, si les entreprises font défaut pour le bâtiment, on n’arrive pas à recruter dans les TP », nuance-t-il.

Rhône-AlpesLe flux des entrants remonte

Si le nombre d’apprentis en Rhône-Alpes marque encore le pas cette année avec un recul de 4,6 % au 31 août 2016 contre – 5,3 % au niveau national, le dynamisme régional conjugué au travail de communication engagé par le réseau BTP CFA Rhône-Alpes semble porter ses fruits. Cette année, la bonne nouvelle vient du flux des entrants en 1re...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5893 du 28/10/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X