Concevoir & installer

Des coûts annuels de chauffage divisés par trois

Mots clés : Coûts et prix - Energie renouvelable - Equipements techniques et finitions - Produits et matériaux - Verre

Descriptif : pompes à chaleur sur nappe phréatique en juxtaposition de chaudière . Spécificité : un temps de retour rapide . Prix : 32 500 euros, forages compris.

Au cœur d’un village proche de la Charité-sur-Loire, la maison aux allures de manoir laisse deviner un budget chauffage conséquent. C’était encore le cas récemment, avec une consommation annuelle moyenne de 7 000 litres de fioul. La traduction financière, selon le prix très variable de ce combustible, est une dépense annuelle comprise entre 6 000 et 10 000 euros.

« C’est le profil parfait pour installer une pompe à chaleur eau/eau reliée à une nappe phréatique grâce à un puits creusé par forage », explique Thierry Thomas, le gérant de l’entreprise Dun Energies, auteur de cette transformation spectaculaire. « Ces constructions anciennes et volumineuses sont très répandues dans la région », ajoute l’entrepreneur, « et les gisements d’économies sont importants. Comme les terrains sont souvent grands, nous trouvons presque toujours une solution pour installer une géothermie superficielle, voire profonde lorsque la nappe phréatique le permet. »

La maison, construite en pierre massive, est organisée autour de deux niveaux aux volumes très différents. La surface du rez-de-chaussée occupe 187 m2, avec une particularité forte. La pièce de vie, d’une surface de 63 m2, possède une hauteur sous plafond de 7 mètres ! Il s’agit à l’origine de deux niveaux, dont le plancher intermédiaire a été supprimé. Les autres pièces du rez-de-chaussée sont plus classiques, avec une hauteur sous plafond de 3 m, tout comme les pièces du premier niveau, essentiellement des chambres. Le volume global à chauffer dépasse les 1 000 m3. La chaudière au fioul de marque Chappée est âgée de 15 ans, sa puissance est de 60 kW, elle alimente un réseau de 23 radiateurs en fonte équipés de robinets thermostatiques.

La maison est relativement bien isolée au niveau des combles, les menuiseries anciennes ont pour la plupart été renforcées par des survitrages, ou remplacées par des modèles à double vitrage. Seuls les murs en pierre, apparents à l’extérieur comme...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 166 du 01/11/2009
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X