Technique et chantier

Des compacteurs de terrassement à forte motricité

Mots clés : Entreprise du BTP - Industriels du BTP - Matériel - Equipement de chantier - Terrassement

Terrassement. La marque du groupe Fayat complète sa gamme dans le segment de 11 à 26 t avec des machines dont le circuit de translation comporte deux pompes.

Bomag, la marque de matériel routier du groupe Fayat, modernise ses compacteurs monobilles qui passent en série 5. Cette évolution touche les modèles d’une puissance supérieure à 56 kW, concernés actuellement par une évolution des normes antipollution. Le BW 211-5 de 95 kW vient compléter la gamme couvrant un segment de 11 à 26 t. Toutes les machines sont motorisées Deutz et disposent maintenant de deux pompes dédiées à la translation, ce qui leur apporte un surcroît de motricité. Bomag l’affirme : ces compacteurs de série  5 sont capables d’évoluer sur des pentes de 60 %, et cela en marche avant comme en marche arrière ! Une performance qui s’avère utile lors des opérations de talutage. Autre innovation mécanique : une articulation qui n’a plus besoin d’être graissée grâce à l’utilisation de matériaux composites. Les autres caractéristiques de ces machines concernent davantage l’électronique embarquée et l’automatisation. Un système inspiré de celui des tandems routiers Asphalt Manager est également proposé et adapté aux compacteurs de terrassement, sous le nom de Variocontrol. Le principe : des accéléromètres mesurent la réaction du sol et en déduisent sa rigidité. L’amplitude de vibration varie alors automatiquement en inclinant l’angle de la frappe de la verticale (amplitude maximale) à l’horizontale (amplitude nulle). Objectif : ne compacter que les zones qui le nécessitent et obtenir un enregistrement du travail effectué. L’orientation de la frappe permet également, en mode manuel, de bénéficier d’un vaste choix d’amplitude. Autre système : le BCM 05 est une cartographie interactive qui s’appuie sur le géopositionnement par satellites de la machine. Un écran indique par des codes couleur les endroits où le compacteur est passé une, deux ou trois fois, ce qui permet, là encore, d’éviter de trop compacter − facteur de gaspillage de temps et de carburant − et donne une traçabilité du travail effectué. À noter que les systèmes de ce type s’intègrent bien dans une gestion informatique globale du chantier. Enfin, le sélecteur de vitesse comprend dorénavant une position ultralente, appelée « position de chargement », à utiliser quand la machine monte ou descend du porte-engin. Une bonne idée qui concourt à la sécurité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X