Territoires Marseille

Des bureaux retournent à la vie étudiante

Un exemple de reconstruction de la ville sur la ville : en bordure de l’A7, à proximité de la gare Saint-Charles et de la porte d’Aix, Bouygues Immobilier va aménager à destination d’étudiants 340 studios, deux espaces de colocation (un T5 et un T9) ainsi que des locaux partagés et de détente dans l’ancien bâtiment de la caisse d’assurance-maladie Kléber. Effectué pour le compte de Dometude, opérateur spécialisé dans les résidences étudiantes de nouvelle génération, cet ensemble R + 8, construit dans les années 1960, dispose d’une surface de 11 000 m² répartis sur 11 niveaux, dont trois de sous-sol. Après un désamiantage, le curage et la mise à nu des structures du bâtiment viennent de s’achever et les travaux de gros œuvre proprement dits, confiés à Cari/Fayat, vont démarrer courant octobre. Le lot électricité a été attribué à Bei Tech (Aix-en-Provence).

Un chantier sans grue.

« Transformer un ancien bâtiment de bureaux en logements pour étudiants nécessite un travail technique approfondi et des interventions lourdes, commente René Forel, responsable technique chez Bouygues Immobilier. Il va falloir renforcer la structure et les planchers mais aussi en créer de nouveaux, aux 1er et 4e niveaux. Les anciennes cages d’escalier et d’ascenseur seront démolies et remplacées par de nouvelles pour distribuer l’ensemble des plateaux neufs, ce qui nécessitera des reprises en sous-œuvre. » Cette réhabilitation sera effectuée sans grue mais avec des élévateurs et des engins mobiles ainsi qu’un coulage du béton en place.

Pour atteindre un niveau RT 2005 rénovation, le projet prévoit le remplacement de l’ensemble des menuiseries extérieures, une double peau en façade et une nouvelle isolation en toiture. Pour la façade ouest, très exposée aux nuisances de l’autoroute (située à seulement 18 m), le confort acoustique est traité par la mise en place d’un système double flux et d’un rafraîchissement.
Mais la mutation la plus importante de ce bâtiment signal réside dans le revêtement de la façade nord et ouest. « Nous avons prévu de l’habiller de brise-soleil en aluminium, des écailles thermolaquées qui produiront un effet cinétique avec la course du soleil et que les automobilistes percevront en roulant sur l’autoroute », précise Emmanuel Dujardin à la tête de Tangram Architectes, l’agence marseillaise qui a signé cette réhabilitation. Formées d’éléments bicolores – rouge-orangé et jaune orangé -, ces écailles sont orientées suivant sept angles pour recevoir différemment la lumière du soleil. « Le principe est qu’à l’entrée ouest, la façade se pare de couleurs orangées alors que, de l’autre côté, le bâtiment s’habille de reflets or », précise Emmanuel Dujardin. Ces travaux sur les façades sont prévus à la fin 2017 et feront l’objet d’un lot spécifique.
La livraison est prévue à la rentrée 2018. Le montant des travaux s’élève à 11 millions d’euros HT. Ce projet a reçu en mai dernier une Pyramide d’argent de la FPC Provence dans la catégorie « Innovation ». A noter qu’une réflexion est engagée par Dometude pour éventuellement intégrer une activité hôtelière dans le projet.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X