Territoires Haute-Normandie

Des architectes s’attaquent au marché de la maison individuelle

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Maison individuelle

Pourquoi, en période de crise, ne pas mettre ses compétences et sa patte au service d’un marché jusqu’à présent délaissé, voire dédaigné, par la profession ? Deux cabinets d’architectes haut-normands se lancent dans la maison individuelle semi-industrialisée. « La maison individuelle c’est le plus grand chantier de logement en France, plus de la moitié de la production neuve », rappelle Christian Picois, fondateur du cabinet du même nom, installé à Evreux depuis 1986. Comment construire mieux, plus vite et moins cher ? Pour lui, la réponse est dans l’industrialisation en 3D. Une vieille lune ? « Non, si on analyse les raisons des échecs précédents, principalement des problèmes de transport et un trop grand nombre de finitions à réaliser en phase chantier. »

En 2010, Christian Picois investit dans le rachat d’une usine (ex-Facom) à Ezy-sur-Eure et, deux ans plus tard, s’associe à Guy Schumacher, un industriel-investisseur, pour fonder la société Vogue Suite. Sous la marque Genius, ils fabriquent des modules de 30 m2, équipés à près de 100 % en usine, combinables à l’infini et assemblables en moins de dix jours. Un deux-pièces passif de 60 m2 est proposé au prix client de 57 400 euros TTC ! Vogue Suite a déjà réalisé une cinquantaine de ventes et s’apprête à construire, à Aulnay-sur-Iton, un village de 13 maisons Bepos pour le bailleur Siloge. « Notre concept est personnalisable, évolutif et déclinable pour le collectif », précise Christian Picois.

Ossatures bois semi-industrielles.

A Rouen, Christophe Bidaud (CBA Architecture) s’est associé avec un autre jeune architecte, Bertrand Hillmeyer, pour créer, au début de cette année, HB Homes. Son projet est similaire mais vise une cible différente. Il s’agit ici de proposer une gamme de « maisons d’architecte » à prix raisonnable et certifiées Passivhaus. HB Homes intervient en tant que contractant général, du dépôt de permis de construire à la livraison clés en mains. « Nous avons fait le choix de modèles simples, performants sur le plan énergétique, pour un deuxième ou un troisième achat, voire un investissement », explique Christophe Bidaud. HB Homes a recours à des ossatures bois semi-industrielles et s’appuie sur des partenariats de référence, par exemple avec le bureau d’études Echos (Déville-lès-Rouen). Le prix d’une maison se situe, selon les options, entre 175 000 et 215 000 euros pour une surface habitable de 90 à 115 m2.

« La crise nous oblige à penser différemment et à changer de paradigme. Nous assumons ici à la fois l’image et la technique. Et nous proposons un contrat de constructeur prix et délais garantis, intégrant toutes les assurances, y compris l’assurance dommages-ouvrage. » Après six mois d’études consacrées à l’optimisation des coûts, HB Homes espère vendre une vingtaine de maisons en 2015.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X