Enjeux

Des architectes « refont le match » grâce au BIM

Mots clés : Architecture - Bois - Logiciels - Outils d'aide - Métier de la construction - Ossature

Une agence d’architecture et un charpentier bois ont utilisé la maquette numérique en rétroconception d’une maison en ossature bois.

Passer en revue, à travers le filtre du Building information modeling (BIM), la conception et la construction d’une maison individuelle neuve à ossature bois alors qu’elle en est au stade des finitions. C’est l’expérience de six mois qu’ont menée Elodie Hochscheid, architecte tout juste diplômée de l’Ensa Nancy, et Marc Ribereau-Gayon, son camarade de promotion. Dans le cadre du séminaire de conception architecturale et numérique organisé récemment à Toulouse, la jeune femme a présenté ce projet de coopération numérique entre une agence de trois salariés et une entreprise de charpente de 50 personnes, toutes deux en Meurthe-et- Moselle. Ce travail a réuni Julien Maddalon, architecte associé à l’atelier Maddalon Piquemil Architecture, et son frère Pierre Maddalon, dessinateur au bureau d’études de l’entreprise de charpente. Alors étudiante, Elodie Hochscheid a commencé son étude de cas en janvier 2015, lorsque les deux hommes, qui collaborent régulièrement, décident de se lancer dans le BIM.

« Nous voulions voir si le BIM aurait pu nous aider à éviter une erreur découverte pendant le chantier, commente l’architecte Julien Maddalon. Alors que le toit était construit, nous avons constaté que son inclinaison n’était pas bonne et empêchait d’y installer le système de ventilation. Ce défaut, lié à une erreur de saisie informatique par le bureau d’études, a mis en évidence les risques lors du transfert de plans, élément par élément. » A l’époque, les architectes venaient d’investir 14 000 euros pour passer d’AutoCad, classique logiciel de dessin assisté par ordinateur, à ArchiCad, outil de conception en BIM. Ils venaient d’être initiés à la maquette numérique, tandis que l’entreprise de charpente utilisait Cadwork depuis de nombreuses années pour la conception, le calcul des quantités ainsi que comme outil de production de documents graphiques. Cadwork permettant déjà de transmettre les informations de fabrication directement aux machines à commande numérique, le charpentier avait mis en place son propre continuum numérique en interne.

Superposition des modèles. Lors de l’expérimentation, ils choisissent d’utiliser le format d’échange standardisé IFC pour faciliter la communication des données entre les différents logiciels. Puis ils superposent le modèle dessiné par l’architecte sur ArchiCad à celui détaillé et complété par le charpentier. La manipulation devait juste servir à vérifier l’absence d’erreur. Pour cela, ils ont utilisé le logiciel Tekla BIMsight pour importer les fichiers IFC : « Avec ce logiciel, les architectes peuvent facilement superposer leur maquette numérique au fichier IFC comportant les enrichissements des charpentiers. Ces derniers ayant utilisé les IFC des architectes, l’origine de la modélisation est conservée durant les échanges. Pour les architectes, cette vérification en 3D complète celle des documents en 2D », analyse Elodie Hochscheid.

Par ailleurs, l’étude a démontré l’intérêt d’échanger une maquette numérique au format IFC pour éviter les bugs et l’altération des informations (géométrie, propriétés physiques des matériaux). Le charpentier, Pierre Maddalon, demande désormais aux architectes des fichiers IFC : « Avec le développement des constructions à ossature bois, les charpentiers interagissent de plus en plus avec les autres lots. La maquette numérique facilite la visualisation de ces interactions et donc le contrôle afin d’éviter les erreurs. » Pour l’heure, leur expérience a débouché sur la thèse d’Elodie Hochscheid relative à l’intégration de nouvelles pratiques numériques dans les PME.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X