Autres

DERRIÈRE BEAUBOURG, LA RÉHABILITATION DE L’ÉCOLE SAINT-MERRI CONSTRUITE EN 1974 FAIT POLÉMIQUE

Mots clés : Architecture - Normalisation - Marquage CE - Rénovation d'ouvrage

À l’ombre du centre Pompidou, l’équipement mixte Saint-Merri inauguré en février 1974 est un remarquable exemple de l’architecture des Trente Glorieuses, pourtant mal aimé et peu connu. Alors que des travaux de rénovation et de mise aux normes débutent cet automne, ses concepteurs, Edouard-Marc Roux et Daniel Lombard, soutenus par l’association Docomomo, lancent l’alerte sur le démantèlement programmé du hall d’accueil, pièce maîtresse d’un bâtiment défini par l’exceptionnelle fluidité de ses espaces intérieurs.

C’est à l’angle de la rue Saint-Merri et de la rue du Renard qu’a été implantée cette construction sur consoles de béton formant pilotis, dont la silhouette et le mur-rideau offrent aujourd’hui encore un contraste saisissant avec son environnement minéral posthaussmannien. L’« école Saint-Merri » n’est pas seulement un établissement scolaire novateur à « aires ouvertes », mais aussi un équipement intégré, comprenant un gymnase, une piscine et des bains douches(1) . Les maîtres d’œuvre de l’opération – Edouard-Marc Roux et Daniel Lombard – sont toujours de ce monde.

Echo moderniste aux tubulures de la façade arrière du centre Georges-Pompidou, Saint-Merri est aussi un bâtiment-pont. Les pilotis en console bruts de décoffrage qui dominent l’une des rampes de sortie de l’anneau routier des Halles sont une réponse héroïque à cette contrainte urbaine pénalisante, voire indécente pour un tel programme. Le public le plus averti ne mesure guère une réalité architecturale exceptionnelle quoique malmenée, profondément desservie par l’effet repoussoir que produisent simultanément la fontaine en déshérence conçue par le sculpteur Etienne-Martin, l’ingrate sous-face de l’aile côté rue du Renard et le délaissé que présentent les abords du bâtiment. Si la diminution du trafic routier va permettre de reconsidérer le statut de la rampe automobile, seule une visite des dedans permet de mesurer la qualité insoupçonnée de l’univers volontairement et totalement intériorisé qui est celui de l’équipement dans son état actuel.

Une valeur d’usage reconnue

Une importante campagne de travaux a été annoncée : le chantier prévu en site occupé doit s’étaler sur plusieurs années.

L’école sera notamment réaménagée par phases, au cours de trois étés successifs. Il s’agit d’une remise à flot et aux normes de l’équipement, dans le collimateur de services de...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 263 du 16/10/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X