Territoires Grand Est

Dernier rail soudé avant la mise en service de la LGV

Mots clés : Transport ferroviaire

Cinq ans de travaux pour un coût de 2,01 milliards d’euros : la deuxième phase de la LGV Est s’est officiellement achevée ce 31 mars avec la soudure du dernier rail dans l’agglomération strasbourgeoise. Les 106 km de ligne supplémentaires complètent les 300 km de la première phase, achevée en 2007. Ils permettront de réduire le temps de trajet entre Paris et Strasbourg à 1 h 48, au lieu de 2 h 20 actuellement. La liaison entre Strasbourg et Luxembourg sera, elle, réduite à 1 h 36 contre environ 2 h 10 aujourd’hui. La nouvelle ligne sera mise en service en avril 2016 après une phase de test portant sur le fonctionnement global des systèmes installés, la mise sous tension de la caténaire ou encore les essais de montée en vitesse.

Près de 130 ouvrages d’arts courants. Les travaux, pilotés par le groupement de maîtrise d’œuvre génie civil Inexia-Arcadis (Moselle) et Setec (Alsace) pour le compte de SNCF Réseau (ex-RFF) ont permis la réalisation de 128 ouvrages d’arts courants. Parmi les chantiers les plus complexes figurent la réalisation de viaducs à Bourgaltroff, Landbach, Haspelbaechel, mais aussi sur la Sarre et le canal de la Marne au Rhin. D’une longueur de 4 km, le tunnel de Saverne s’est distingué comme le premier ouvrage construit en application des nouvelles normes européennes de sécurité incendie de décembre 2007. Côté social enfin, le chantier a permis à 1 017 personnes d’accéder à l’emploi, sur un volume de près de 1,4 million d’heures en insertion.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X