Régions Nouvelle-Aquitaine

Déploiement de la fibre et du très haut débit

Mots clés : Télécommunications

Atteindre le chiffre de 600 000 nouvelles prises de fibre optique d’ici à cinq ans pour un accès généralisé au très haut débit dans la région. Alain Rousset, président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, a affiché son ambition fin 2016 lors d’un colloque sur le sujet.

En raison du manque de rentabilité, les opérateurs n’investiront pas sur les zones rurales. Le conseil régional a pris le relais via la création en mars 2015 de la société publique locale (SPL) Nouvelle-Aquitaine THD, qui réunit la région et les syndicats mixtes des Landes, du Lot-et-Garonne et de la Dordogne. La Charente et les trois départements du Limousin (Creuse, Corrèze et Haute-Vienne), rassemblés dans le syndicat mixte Dorsal, devraient également rejoindre la SPL au printemps. Cette dernière a signé un contrat de concession de services d’une durée de seize ans avec les opérateurs Axione et Bouygues Energies & Services. « La maîtrise 100 % publique de la construction des réseaux est fondamentale pour l’égalité des territoires », a précisé Mathieu Hazouard, président de la SPL et conseiller régional délégué au très haut débit et à l’économie numérique.

Un plan à 1,2 milliard d’euros. L’action privée pour l’accès au très haut débit sur ces cinq prochaines années ne couvrira que 9 % du territoire. Des zones denses en règle générale. Les élus présents au colloque ont insisté sur la nécessité de l’intervention des collectivités afin de garantir l’équilibre du territoire et réduire la fracture numérique. Sur le terrain, Périgord numérique, le Syndicat d’équipement des communes (Sydec) des Landes et Lot-et-Garonne numérique ont attaqué la phase opérationnelle. Les premières tranches de travaux de déploiement et de raccordement de la fibre débuteront dès le premier semestre et la commercialisation six mois plus tard.

Parallèlement à ce déploiement, les départements étudient d’autres pistes, comme la montée en débit ou l’Internet par satellite pour les zones les plus éloignées. Les territoires seront couverts de manière progressive et les priorités revues avant le lancement des marchés publics. Le budget total du déploiement s’élève à 1,2 milliard d’euros. « C’est une belle perspective de commande publique pour les entreprises », a souligné Alain Rousset, qui estime que cet aménagement numérique du territoire induira la création de 3 400 emplois dans les cinq ans.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X