Architecture Technique Radioactivité

Décontaminer des terres impactées par des radioéléments

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) expérimente un procédé de décontamination des terres, essentiellement argileuses, impactées par des radioéléments – comme le césium 137, par exemple. Déjà employé dans l’industrie métallurgique, ce procédé repose sur la constitution, par réactions physico-chimiques, de mousses de flottation d’argiles. « Mise en œuvre sur site, cette technique consiste à introduire les terres radioactives dans une colonne remplie d’une solution aqueuse contenant des tensioactifs. Ces derniers vont se greffer sur les particules d’argile contaminées et, lorsqu’on injecte de l’air au pied de la colonne, lesdites particules se fixent aux bulles d’air et remontent à la surface. En suspension dans la mousse ainsi créée, ces particules peuvent alors être facilement récupérées », décrit Vincent Blet, chercheur au CEA. Une fois extraites, les particules solidifiées, constituant un déchet radioactif moins volumineux – d’un facteur 10 environ – mais plus concentré que les terres initialement traitées, devront être conditionnées avant d’être stockées dans une zone dédiée. « Cette technique peut aussi intéresser d’autres secteurs d’activité, afin de récupérer des métaux d’intérêt stratégique, par exemple », tient à compléter Vincent Blet.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X