Régions Tourcoing

De la barre à la résidence, sans déplacer les habitants

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Logement social - Télécommunications

– 15,3 % de travaux déclarés par les architectes pour 2015 dans l’ex-Haute-Normandie, par rapport à 2014.Source : MAF Assurances

7 661 logements sociaux financés en 2016 dans la région Hauts-de-France, dont 70 % par les ESH.Source : Fédération des ESH.

32 M€ investis depuis novembre 2016 par la Caisse des dépôts pour le très haut débit dans les Hauts-de-France.

« Ne bougez pas, on réduit momentanément la surface de votre salon et de vos chambres pour refaire vos fenêtres de l’extérieur. Au passage, on rajoute un balcon ! » Durant dix-huit mois, les locataires de l’immeuble Thalès, barre de logements HLM de 230 m de long construite en 1962 à Tourcoing, vont devoir s’adapter. Vilogia a lancé en novembre 2016 un gigantesque chantier de réhabilitation du bâtiment, le dernier du quartier Belencontre à ne pas avoir encore été rénové. Contrairement à ses habitudes, le bailleur a opté cette fois-ci pour le maintien des habitants chez eux durant toute la durée des travaux.

Pour transformer la barre de 144 appartements en résidence et briser la monotonie du bâtiment, le chantier piloté par Eiffage Construction (architectes : Boyeldieu Dehaene) sacrifie tout de même 22 logements. Cette opération va permettre de remettre à niveau l’immeuble par rapport à la chaussée, de créer cinq halls traversants et de scinder le bâtiment en deux. « La percée de la barre va casser l’effet de barrage et d’enclavement du site », détaille Yann Leclercq, responsable du programme chez Vilogia. Au programme également, la résidentialisation de l’ensemble et l’ajout d’ascenseurs pour les parties de l’immeuble en R + 5.

Réduire les consommations d’énergie. Le programme est loin de se limiter à ce relooking de l’immeuble. Des interventions importantes sont également prévues sur les 122 logements restants, pour les agrandir et diviser par deux les consommations d’énergie. « Outre les nouveaux sols et nouveaux plafonds pour les appartements, nous refaisons toute l’enveloppe du bâtiment. Les consommations devraient passer de plus de 200 kWh/m à moins de 100 », détaille Yann Leclerc. De l’ajout de balcons au changement des fenêtres, une grande partie des modifications se fera par l’extérieur.

« Cependant, l’amiante présente dans les joints des fenêtres implique de poser au préalable des cloisons étanches dans les logements », précise le responsable. Pour déranger le moins possible les locataires, l’organisation des diverses interventions dans les foyers est millimétrée. C’est le centre social Belencontre qui se charge de prendre les rendez-vous pour ces travaux avec les locataires et de répondre à leurs questions. « Chaque corps d’état (plomberie, électricité, etc. ) intervient à son tour sur une durée si possible inférieure à la journée, afin que les locataires puissent avoir accès, le soir même, à toutes les fonctionnalités du logement », souligne Yann Leclercq. Cette transformation d’envergure coûtera 5,4 millions d’euros HT, dont 600 000 de démolition et 980 000 de résidentialisation. L’Anru prend en charge 720 000 euros.

Le Crepi (club régional d’entreprises partenaires de l’insertion) Nord-Pas-de-Calais a par ailleurs choisi ce chantier « hors norme » pour faire découvrir les métiers du bâtiment à une quinzaine d’élèves du lycée Colbert de Tourcoing, en 1re STI2D option architecture et construction. Plusieurs jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville bénéficient également de cette initiative pédagogique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X