Architecture et urbanisme Rénovation urbaine

De la barre à l’îlot urbain

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Urbanisme - aménagement urbain

Elargir l’étude d’un projet peut en changer sa nature. Démonstration avec un programme de logements à Riedisheim dans la périphérie mulhousienne, à l’emplacement d’une barre surnommée « La banane ».

Un verrou urbain va sauter : la barre de 108 logements majoritairement vacants à Riedisheim (12 600 habitants) au sud-est de Mulhouse. Baptisée « La banane » en raison de son plan en arc de cercle, l’immeuble de la Société mulhousienne pour la cité ouvrière (Somco) n’abrite plus qu’une poignée de ménages en grande difficulté d’insertion sociale. Longtemps, des militants associatifs ont cherché à en transformer l’image de l’intérieur. Leur départ a mis le bailleur le dos au mur : « Il fallait envisager une démolition-reconstruction, alors même que nous étions loin d’avoir remboursé les emprunts de la précédente restructuration lourde, réalisée il y a cinq ans », précise André Girona, directeur de la Somco.

Vision partagée

Habitués à travailler avec ce maître d’ouvrage héritier de 160 ans d’innovations architecturales dans l’habitat social, les architectes Guillaume Delemazure et Hugues Klein – le premier est né à Riedisheim, et tous deux y résident – proposent alors une méthode : surinvestir dans une étude urbaine, pour élargir la réflexion bien au-delà de la parcelle qui domine et sépare d’un côté le centre historique de la ville, et de l’autre les terrains urbanisés dans la seconde moitié du XX e siècle. La commune joue immédiatement le jeu : « Depuis l’adoption du plan local d’urbanisme, nous avons renoncé à construire dans les derniers espaces naturels, pour réinvestir les quartiers existants », témoigne Hubert Nemett, adjoint à la cohésion sociale.
La commune et le bailleur social se partagent la commande de ce que les urbanistes mulhousiens appellent déjà « L’étude manifeste » (1). Autant que son contenu, les deux auteurs, qui enseignent ensemble leur discipline au département Architecture de l’Insa de Strasbourg, défendent une démarche pédagogique : « Nous avons partagé avec les élus nos connaissances sur la ville durable, l’agglomération mulhousienne, la commune et le quartier, pour construire avec eux une vision partagée de l’avenir. La démonstration des problèmes de fonctionnement urbain posés par le bâtiment actuel a provoqué une prise de conscience de l’impact des choix architecturaux et urbains sur le long terme », témoigne Hugues Klein.
Les architectes apportent aussi des solutions potentielles : de part et d’autre de « La banane », toutes les fonctions urbaines coexistent à proximité, qu’il s’agisse du commerce, des loisirs, des écoles ou du logement. L’étude révèle aussi l’existence d’anciens sentiers urbains, coupés lors de la construction de la barre. Les composantes du programme coulent alors de source : des voies de circulation douce traverseront l’îlot où les deux tiers de l’offre locative sociale seront restitués, tandis qu’un troisième programme, porté par un promoteur, renouvellera la population.
Cerise sur le gâteau, la commune et le bailleur ont trouvé la solution à l’impasse financière héritée de l’échec de la précédente restructuration : dédié au portage foncier des projets d’habitat intégrant une offre locative sociale, un prêt Gaïa de la Caisse des dépôts financera l’achat du terrain que la Somco vendra à la commune. Au terme d’un bail emphytéotique de 60 ans, le bailleur retrouvera son bien.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtres d’ouvrage : Société mulhousienne pour la cité ouvrière (logements) ; commune de Riedisheim (voirie). Architectes : DeA Architectes ; Hugues Klein Architects. Calendrier prévisionnel : démarrage des travaux à la fin 2014.

(1) Référence aux 60 logements de la Cité manifeste, construite dans les années 2000 à Mulhouse par la Somco avec cinq équipes d’architectes de renommée internationale, dont Jean Nouvel, qui ont achevé à cette occasion le quartier d’habitat social commencé en 1840 par ce même maître d’ouvrage.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X