Régions Nantes

De Geyter va redessiner la skyline nantaise

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Travaux publics

1,2 Md € Chiffre d’affaires 2016 des travaux publics en région Centre-Val de Loire (- 30 % depuis 2008).Source : FRTP.

+ 27,4 % Entre février 2016 et janvier 2017, 29 800 logements ont été autorisés dans les Pays de la Loire. Source : Dreal.

343 Nombre d’actifs ayant bénéficié d’un dispositif d’insertion dans le cadre des grands chantiers rennais.

Source : Audiar.

Yléo, l’ensemble d’immeubles construit sur le site de l’ancien Tripode, trouvera-t-il enfin sa place sur l’île de Nantes ? Cette vaste opération confiée en macrolot à l’architecte Christian de Portzamparc et livrée en 2012 semblait sortir de nulle part. A partir de 2020, elle devrait gagner en cohérence grâce à une opération voisine d’ampleur. En bord de Loire, à l’angle de la rue André-Tardieu et du boulevard Louis-Barthou, le Groupe Arc a confié à l’agence belge XDGA (Xaveer De Geyter Architects), associée à la nantaise Mabire-Reich, la construction de trois immeubles, dont deux de 19 étages, soit 200 logements et 5 000 m2 de bureaux.

Souhaitant « établir un dialogue » avec les tours voisines, le projet de Xaveer De Geyter ambitionne de dessiner « une sky-line homogène » sur l’île de Nantes qui réponde aussi aux tours du quartier d’affaires Euronantes Gare, situées sur la rive opposée. « Ce programme de grande envergure est bâti sur l’idée du dialogue. Un dialogue entre les deux rives de la Loire, entre les habitants d’aujourd’hui et de demain, entre le logement et le tertiaire », explique Benjamin Haguenauer, directeur régional du Groupe Arc, un promoteur rennais présent depuis plusieurs années à Nantes et en région parisienne.

Composition en gradins. Pour composer ce signal urbain, les architectes de XDGA vont d’abord jouer sur la hauteur. Posés sur un socle paysagé de deux niveaux de parking, deux des trois immeubles atteindront 50 m. Les différents gabarits de ces bâtiments et leur composition en gradins permettront de conserver des porosités visuelles entre les éléments construits, de profiter au maximum de l’ensoleillement (avec de vastes terrasses- jardins collectives) et de démultiplier les vues. Le rapport au sol a également été finement étudié, avec un rez-de-chaussée actif en relation avec les espaces publics. Les bureaux (immeuble en R+8) bénéficieront d’un adressage avec des espaces communs (encore à imaginer) sur la rue André-Tardieu, à l’est.

A l’ouest, un ensemble de maisons de ville (T3 en duplex) profitera pleinement des aménagements conçus par Alexandre Chemetoff en donnant directement sur les pontons longeant les bassins paysagers. Pour les autres logements, le projet propose une superposition stricte des typologies d’étage en étage mais prévoit une conversion facile : un T5 (95 m2 ) peut être remplacé par deux T2, un T4 par un T2 plus un T1, un T3 par deux T1, etc. En façade, le choix d’une trame structurelle de 1,35 m et d’un traitement homogène (lamelles verticales en béton blanc, nez de dalles en béton gris, parois extérieures en aluminium) devrait permettre de faciliter la mutation des usages, comme la possible conversion de bureaux en logements.

Le permis de construire de ce projet baptisé Sky Home devrait être déposé en mai afin de pouvoir lancer la précommercialisation en fin d’année. Selon le calendrier prévisionnel, le chantier (trente mois de travaux) devrait démarrer au second trimestre 2018 pour une livraison en 2020.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X