Annuel aménagement

Culemborg Le bras mort d’un fleuve reconstitué

Mots clés : Aménagement paysager - Eau

A proximité d’Utrecht (Pays-Bas), le quartier mixte EVA-Lanxmeer s’étend sur un site sensible – un ancien champ de captage d’eau. Il gère en surface l’ensemble de ses eaux de pluie, sans rejet non traité dans l’environnement immédiat. Ce fonctionnement hydraulique est intégré à un paysage très végétal et implique les habitants dans la préservation de la qualité de l’eau.

« S’il y a une leçon à retenir du quartier EVA-Lanxmeer, c’est que l’urbanisation d’un site écologiquement sensible ne peut se faire qu’en étroite collaboration avec ses futurs habitants », explique son concepteur, l’architecte-urbaniste Joachim Eble. Cette extension urbaine n’aurait pourtant jamais dû voir le jour. Ancien champ de captage d’eau, le site, étendu sur 24 hectares au sud de Culemborg (Pays-Bas), était déclaré inconstructible. Cependant, en 1995, la municipalité s’est laissée convaincre par un projet comprenant 250 logements, 40 000 m2d’activités et de bureaux, ainsi qu’une ferme biologique. Sur cette plaine alluviale située en dessous du niveau de la mer, la fondation privée hollandaise EVA, créée par Marleen Kaptein, souhaitait ainsi initier un projet pilote, mettant en pratique le concept de permaculture, qui combine habitat écosensible et agriculture urbaine.

Parmi les objectifs fixés au futur quartier : la recherche d’une imperméabilisation minimale des sols, délestant les réseaux d’assainissement et favorisant la réalimentation de la nappe. Les dispositifs mis en œuvre sont nombreux : stockage des eaux de toitures dans des mares à proximité immédiate des bâtiments, gestion des eaux de voirie par tranchées infiltrantes, traitement des eaux usées par lits de roseaux et systèmes d’épuration biologique, porosités des sols des espaces publics et des intérieurs d’îlot… « A l’échelle du quartier, ces systèmes hydrauliques différenciés selon l’origine des ruissellements limitent l’impact écologique de cette extension de ville, mais l’environnement y est beaucoup plus vulnérable aux comportements des habitants », ajoute Joachim Eble. En particulier, le rejet d’huile de vidange dans l’espace public ou l’utilisation dans les habitations de chlore et autres produits chimiques agressifs sont rigoureusement proscrits dans EVA-Lanxmeer. Pour prévenir ces pratiques, les futurs acheteurs ont dû adhérer à l’association des habitants du quartier, témoignant de leur implication dans la démarche environnementale.

La participation des habitants ne s’est pas arrêtée là. Leurs attentes ont été intégrées à la conception même du quartier : vis-à-vis, traitement des limites entre espace public et privé, taille et distribution des logements… En plan-masse, la trame imaginée par Joachim Eble se compose autour du bras mort d’un fleuve, ranimé par la gestion des eaux pluviales à ciel ouvert. Les sols en limon argileux limitent les capacités d’infiltration du site, ce qui suppose de dégager en surface d’importants volumes de stockage. Ainsi les eaux collectées en toiture sont filtrées et drainées par des conduites souterraines jusqu’à cinq étangs intégrés aux îlots bâtis. Les excédents convergent vers un étang central, utilisé comme bassin d’orage.

Ce parti pris de composer avec le génie des lieux se traduit également par le souci de gérer la transition vers les espaces naturels : jardins collectifs en cœurs d’îlots, bassins de rétention bordés de roseaux dont les accès sont traités en prairie de fauche, vergers de la ferme biologique… En lisière du centre-ville de Culemborg, EVA-Lanxmeer offre un paysage très aquatique et végétal, où même le traitement des eaux usées, par lit d’hélophytes, trouve sa place, dans un environnement pourtant sensible.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Co-maîtrise d’ouvrage: Ville de Culemborg, fondation EVA Stichting.

Maîtrise d’œuvre: Econnis & Eble architektur, architecte-urbaniste mandataire); Copijn (paysagiste).

Programme: 250 logements, 40000 m2 d’activités.

Surface: 24 ha.

Réalisation: 1999-2009.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X