Editorial

Crowdfunding , un terreau pour le blanchiment de capitaux ?

Telle est l’inquiétante question posée par Tracfin (cellule de traitement du renseignement et d’action contre les circuits financiers clandestins) de juin 2016. Je tremble à l’idée que les petits ruisseaux du crowdfunding fassent les grandes rivières du blanchiment. Il est vrai que les ficelles des petits trafics ont toujours été tirées par de gros poissons dont l’immobilier est souvent l’aquarium – ses caves, ses halls d’immeubles et ses cages d’escaliers -, voire la piscine olympique – les territoires de non-droit où la police perd prise. Recycler dans l’immobilier le fruit illicite des trafics que celui-ci abrite correspondrait à un éternel retour nietzschéen. La question mérite donc qu’on s’y arrête.

Le dispositif de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme (LAB/FT) s’applique depuis près de vingt ans aux professionnels de l’immobilier (syndics ou agents immobiliers), mais l’obligation de signaler les clients douteux peine à entrer dans les mœurs....

Vous lisez un article de la revue Operations Immobilieres n° 90 du 24/11/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X