Autres

Crise immobilière ou crise financière ?

Retournement du marché, inflexion, effondrement… Beaucoup d’informations alarmistes circulent actuellement sur l’état du marché immobilier sans qu’il soit possible, pour autant, de pouvoir vraiment les vérifier : trop globalisants, incomplets, ou tout simplement trop tardifs, les indicateurs dont nous disposons manquent souvent de la précision nécessaire.

Bien sûr, depuis peu, des observatoires spécifiques existent : les notaires, des groupes de promoteurs ou d’agences immobilières, quelques banques… Plusieurs démentis ont ainsi été apportés aux informations non prouvées d’évolution des prix à la baisse (chambre des notaires de Paris, Lyon, et Nantes). Ont-ils été assez entendus ? Il convient, pour procéder à une bonne analyse des différents secteurs du marché, d’éviter l’écueil de la globalisation et de faire appel à une méthode beaucoup plus fiable : la différenciation. Différenciation entre l’ancien et le neuf. […]

Différenciation entre les territoires, différenciation entre les modes de vente (à l’unité ou groupée) et de produits, et donc de l’outil statistique. […] Ainsi, les statistiques à la baisse – qui concernent plutôt les ventes à l’unité et sont sans doute réelles dans les secteurs saturés – ne signifient pas pour autant une baisse aussi forte de l’activité de la construction neuve et de la promotion.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X