Autres

Créer virtuellement un urbanisme collectif Une application permet aux habitants de participer à leur nouvel environnement urbain.

Qu’est-ce qu’Unlimited Cities ou Villes sans limite ? De prime abord, il s’agit d’une application mobile (tablettes et smartphones) qui permet aux habitants d’un quartier de donner leur avis sur un futur aménagement. A travers une interface simple, ceux-ci composent une représentation réaliste de leurs attentes pour un site donné. Ils jouent pour cela avec six curseurs : densité urbaine, nature, mobilité, vie de quartier, numérique, créativité/art dans la ville. Conçue par l’agence d’urbanisme UFO en partenariat avec des architectes et des développeurs, l’application permet à la fois de donner des informations aux concepteurs en amont d’un projet urbain, mais aussi aux habitants de s’interroger sur leurs souhaits d’aménagement et par là même de s’approprier le futur projet.

Outil adapté aux transports.

Un élément qu’a bien compris Julien Réau, responsable intégration urbaine chez Transdev, filiale mobilité de la Caisse des dépôts, qui a participé avec la Semitag, opérateur des transports urbains de Grenoble, à la mise au point du réseau Chrono dans la ville. Depuis septembre dernier, ce réseau compte six lignes de bus dont la qualité de service est équivalente à celle d’un tramway, les rails et les caténaires en moins. « Ce réseau étant moins visible qu’un tramway, notre objectif est de le faire connaître aux habitants de la ville », explique-t-il.

L’application, qui sera utilisée à partir de la fin du mois sur le site de Bouchayer-Viallet dans le centre-ville de Grenoble, servira à la fois à récupérer des informations sur les souhaits et les envies des utilisateurs potentiels, mais aussi à faire connaître ce nouveau service. « Les enjeux concernent l’aménagement de l’espace public avec un éclairage et un mobilier adaptés, mais aussi des problématiques techniques, telles que la possibilité d’alignement du bus avec le trottoir, donc l’accessibilité des personnes à mobilité réduite », rappelle Julien Réau. « Afin de définir les différents aménagements autour des arrêts de bus, des ateliers participatifs ont été organisés. Lors de ces réunions, qui rassemblent aussi bien des habitants du quartier que des salariés des entreprises installées à proximité ou des parents d’élèves de l’école voisine, chacun peut échanger et surtout être sensibilisé aux différentes attentes des uns et des autres », note Maud Beau, sociologue-urbaniste et directrice générale adjointe d’UFO. Cette première étape permet ensuite, à partir des photos et des croquis réalisés, de composer virtuellement différents aménagements tels qu’une végétation plus dense, l’ajout d’une aire de jeux, d’une piste cyclable, etc.
Le résultat de ces réunions est ensuite traduit en images réalistes qui formeront les variations de l’application. « L’intérêt réside ensuite dans la collecte des avis sur le site, grâce à l’utilisation de tablettes tactiles. L’expérience nous a montré que la manipulation des images permet déjà de construire un discours sur le projet », note Alain Renk, architecte-urbaniste, président et fondateur d’UFO. L’intérêt est également de rendre ces données accessibles à tous les habitants. Une fois consultés sur leur projet urbain, ceux-ci sont invités à enregistrer leur projet et à laisser un commentaire. « C’est un aspect de sensibilisation important pour nous », explique Julien Réau. Transdev a en effet prévu de recueillir 1 000 avis sur l’environnement d’un seul arrêt de bus. Les résultats seront ensuite analysés par les équipes d’UFO et serviront à aménager les autres arrêts du réseau.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X