Territoires Villeurbanne

Coup d’envoi des travaux du centre de santé Médipôle

Mots clés : Établissements de soins - Risque sanitaire

Les premières grues d’un des plus importants chantiers de la métropole lyonnaise seront installées, fin février, sur un terrain de 5 hectares à l’est de la commune de Villeurbanne. Conduit en comaîtrise d’ouvrage par Capio et la Mutualité française dans le Rhône, le Médipôle regroupera, sur un site unique, les activités hospitalières de ces deux opérateurs. Cet ensemble de 60 000 m2, incluant un bâtiment de consultation dont le permis de construire doit être déposé prochainement, développera une capacité d’accueil de pas moins de 708 lits, un  bloc opératoire de 25 salles, 65 postes de dialyses…

« Le Médipôle est l’un des plus importants établissements de santé construits actuellement en France », souligne Hubert Lemaître, chef du projet au sein d’Artélia – branche Bâtiments privés de santé -, mandataire de l’équipe de maîtrise d’œuvre.
Conçu par Sud Architectes, le pôle de santé, aux dimensions imposantes – 170 m de long, 80 m de large et 26 m de hauteur -, se compose de trois nefs, reposant sur un socle de deux étages qui hébergera les services d’urgence, de dialyse, les laboratoires et l’accueil. « Une rue centrale permettra de desservir l’ensemble des unités de soins. Nous avons créé six patios pour apporter de l’éclairage naturel dans les étages, jusqu’aux niveaux semi‑enterrés », indique Pierrick Lelard, directeur du pôle santé, architecte associé chez Sud Architectes. Ce bâtiment à « l’architecture domestique » sera identifiable par son socle composé de murs‑rideaux en verre de couleurs. Les façades seront, quant à elles, traitées en béton lasuré. Une coiffe métallique, présente sur les trois nefs, abritera les locaux techniques.

« A la pointe des techniques énergétiques. »

Un bâtiment dédié aux énergies regroupera la chaufferie gaz, la production de froid et les groupes électrogènes. Les concepteurs ont particulièrement travaillé l’isolation de l’enveloppe et le système de récupération d’énergie, via une centrale double flux. « Le bâtiment, qui vise une certification HQE, sera à la pointe des techniques énergétiques. La gestion technique du bâtiment permettra également de gérer et de piloter les installations pour optimiser les consommations d’énergie », ajoute Hubert Lemaître. Pour « couper » le bâtiment des nuisances du périphérique tout proche, le projet inclut un espace et un parking extérieur paysagers. Un important travail a été conduit avec la Ville de Villeurbanne et la métropole, pour intégrer au mieux le bâtiment sur ce site et développer les modes doux. Les travaux, dont le montant avoisine les 103 millions d’euros HT, seront conduits en entreprise générale par le groupement Bouygues Construction – Vinci Construction.
La consultation des sous-traitants pour les lots techniques, qui représentent 40 % du coût des travaux, est en cours. Les premiers bétons devraient être coulés mi-mars, pour une livraison du centre hospitalier en septembre 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X