Architecture Technique Logements

Côte à côte sur une parcelle partagée

Mots clés : Architecture - Bâtiment d’habitation individuel - Centre commercial - Culte - Établissements de culte, funéraire - Grand âge - Logement social - Magasin - Structures d'accueil pour personnes âgées et personnes handicapées dépendantes - Urbanisme - aménagement urbain

Deux agences d’architecture ont œuvré à faire coexister logements, Ehpad, lieu de culte et commerces sur un îlot de la ZAC Clichy-Batignolles.

Dans cet écoquartier particulièrement dense du XVIIe arrondissement, « les formes sont liées aux servitudes de vue et aux prospects », explique l’architecte Jean Bocabeille. Avec ses confrères de l’Atelier du Pont, il parvient néanmoins à articuler intelligemment les masses de manière à profiter des deux percées visuelles qui lorgnent le parc Martin-Luther-King. Leur parcelle est en bonne partie masquée par l’immeuble signé de l’agence Périphériques, lequel bénéficie de la meilleure vue et porte beaucoup d’ombre… Dressée sur une excroissance du parc, la barre de 11 étages, large de 13,50 m (86 logements en accession), due à Jean Bocabeille, voit son nez sud-est tronqué pour échapper aux vis-à-vis avec le voisinage. L’épannelage du bâtiment lui donne sa silhouette caractéristique et offre à ses habitants de généreuses terrasses tropéziennes. Au milieu, la barre se plie pour laisser respirer le cœur d’îlot. Tous les logements sont agrémentés de loggias ou de terrasses protégées du soleil par des persiennes coulissantes perforées de motifs géométriques. Un bardage en tôle vient protéger l’isolation par l’extérieur, relayé par des panneaux de ciment fibré à l’intérieur des loggias, dont la couleur varie d’un appartement à l’autre.

Des tonalités communes.

Formant socle, la Maison d’église Ozanam occupe le rez-de-chaussée et une partie du premier étage. Côté rue, le volume creusé marque l’entrée de ce lieu de culte accompagné d’un centre social. Un rouge irisé, animé par une fresque du graphiste Julien Pinard, signale ce programme tandis qu’à l’arrière, le volume en double hauteur de la chapelle prend de l’ampleur en empiétant sur le jardin. « Nous voulions éviter le sentiment d’être écrasé par la barre de logements au‑dessus », explique Jean Bocabeille. A l’intérieur, un jeu de faux plafonds dynamiques procure la sensation d’évoluer dans un espace autonome.

Les deux agences travaillent sur les mêmes tonalités : un revêtement métallique dans « un beige très parisien » qui crée une base commune, relevée par un camaïeu de rouge, rose et d’orangé « pour donner de la chaleur à l’ensemble », précise Anne-Cécile Comar de l’Atelier du Pont. Son agence a été chargée de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de 129 lits, disposé au centre de l’îlot. Les réglementations interdisant au bâtiment de dépasser six niveaux, l’emprise au sol est large. Pour éviter les face-à-face avec les appartements, les architectes dessinent une façade en redents qui multiplient les orientations et vues biaises. Ainsi, depuis leur lit, les pensionnaires profitent-ils d’échappées plus lointaines. Les chambres bénéficient toutes d’un balcon qui sert aussi à donner du recul « pour préserver leur intimité et ne pas les exposer en vitrine sur la ville », précise Anne-Cécile Comar. « Même si nous avons deux écritures différentes et pas la même hauteur d’étage, nous nous sommes arrangés pour que l’Ehpad et le bâtiment compact des logements sociaux, qui partagent un patio orienté vers le parc, forment un ensemble cohérent », expliquent les architectes. Sur la rue Cardinet, avec des commerces à leur pied, les 46 logements sociaux que Jean Bocabeille a traités dans le même style que les appartements en accession font office de liaison entre le quartier traditionnel des Batignolles et celui, plus disparate, de l’avenue de Clichy. En revanche, pas de jardin mutualisé. « Nous avons gagné le concours sur le principe de l’espace partagé, mais tout le monde a préféré être chez soi, donc on se retrouve avec des grilles de 2 m de hauteur un peu partout », déplorent les architectes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtres d’ouvrage : Vinci Immobilier, Orpea, Diocèse de Paris. Aménageur : Paris Batignolles Aménagement. Bailleur social : France Habitation. Maîtrise d’œuvre : Atelier du Pont (Philippe Croisier, Anne-Cécile Comar) et Jean Bocabeille Architecte. BET : Alto (fluides), Vivié & Associés (acoustique), Mazet & Associés (économiste), Khephren (structure), Plan 02 (environnement), Atelier Jours (paysage). Principales entreprises : CBC, Amse, Balas et Almabat (Ehpad). Surface : 17 858 m2 Shon (Ehpad : 6 117 m2 ; commerces : 669 m2 ; lieu de culte : 1 165 m2 ; logements en accession : 6 416 m2 ; logements sociaux : 3 491 m2). Coût des travaux : 38,3 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X