Régions Roubaix

Contre les inondations, une « cathédrale » souterraine

Mots clés : Établissements de culte, funéraire - Sécurite civile

Deux années de travaux, 12 millions d’euros HT et 7 500 m3 de béton seront nécessaires pour construire à Roubaix une « cathédrale » souterraine de 30 mètres sous plafond. Dédiée à la lutte contre les inondations, cette cuve de béton pourra collecter quelque 23 000 m3 d’eaux pluviales et usées, en isolant une partie des polluants qu’elles charrient. Une fois terminée, fin 2018, l’immense « piscine » sera recouverte de 80 cm de terre et retrouvera sa fonction de parc en surface. « Cette double fonctionnalité répond à la rareté du foncier en milieu urbain dense. Nous allons reproduire ce principe avec le stade Melbourne à Tourcoing », analyse Sébastien Leprêtre, vice-président de la métropole européenne de Lille, en charge de l’assainissement.

Commencés en janvier, les travaux ont déjà permis de poser les murs périphériques du bassin de rétention. Les parois moulées de 1,20 m d’épaisseur auront réclamé à elles seules 4 000 m3 de béton et 250 tonnes d’acier. « C’est l’entreprise Botte Fondations, filiale de Vinci Construction France, qui s’est occupée de ces parois. Nous allons maintenant réaliser la poutre de couronnement, et nous pourrons ensuite commencer le terrassement. Il va falloir trois mois pour excaver 30 000 m3 de terre », explique Antoine Marchandise, conducteur de travaux principal pour le mandataire du chantier Sogea-Caroni, filiale de Vinci, chargé du génie civil de l’ouvrage. Situé au croisement de la rue des Arts et de la rue du Brondeloire, le bassin protégera les quartiers du Trichon et de l’Epeule à Roubaix, du Blanc-Seau à Tourcoing, et le secteur de la Fontaine à Wasquehal.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X