Autres Ana Luengo, présidente des paysagistes européens

« Construire la démocratie européenne du paysage »

Mots clés : Aménagement paysager - Architecte - Etat et collectivités locales

Invitée aux Assises européennes du paysage programmées fin septembre à Nice, Ana Luengo achèvera en octobre, à Lisbonne, son mandat de trois ans à la présidence d’Ifla Europe, la Fédération européenne des architectes paysagistes. Elle explique ici le thème de la « démocratie paysagère » qui fédère les 34 organisations nationales depuis que la fédération a fêté ses 25 ans, l’an dernier à Oslo. Ce projet suppose, selon elle, de dépasser les querelles corporatistes pour rassembler, dans un dialogue avec les populations, tous les professionnels qui contribuent à façonner les paysages du futur.

Pouvez-vous résumer l’esprit du texte “Landscape Democracy”, adopté l’an dernier par Ifla Europe lors de son 25e anniversaire ?

Avant de parler profession et plutôt que de regarder nos nombrils, souvenons-nous de notre objectif final ! L’Europe ne peut pas se limiter à l’euro, à des règles du jeu économique, ni même à l’harmonisation des formations, thème majeur pour notre profession. Travaillons d’abord sur la relation entre les professionnels du paysage et les gens qui vivent dans cette terre européenne marquée par des guerres et des souffrances. Sachons construire une démocratie du paysage avec les agronomes qui, bien plus que les architectes paysagistes, contribuent à façonner les territoires. Et gardons en tête l’idée qu’une tomate de son jardin vaut toujours mieux qu’un même produit issu du commerce, fût-il de luxe !

Les Jeux européens de Bakou ne montrent-ils pas que les dictatures produisent aussi des beaux paysages ?

Bien sûr ! Versailles, déjà, exprimait d’une manière extrémiste le contrôle du pouvoir sur le peuple. Tous les systèmes de gouvernance ont utilisé le paysage pour se représenter dans l’espace, depuis l’empire espagnol jusqu’au Commonwealth ou au Troisième Reich. Je pense souvent à ce professeur qui nous répétait qu’avec un marteau, tu peux faire une table ou tuer ta femme. Pour construire un avenir différent à partir de notre héritage, l’Ifla Europe veut contribuer à mettre en œuvre la notion fondatrice de la Convention européenne : le paysage du quotidien, dont la construction suppose la participation de tous.

Outre la défense de ce...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 382 du 11/09/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X