Enjeux

Connecter sans conscience

Peut-être à cause du sentiment d’immobilisme qui la hante, notre société accorde beaucoup d’importance à l’« innovation ». Toutes les entreprises et les collectivités se veulent « innovantes ». Toutefois, quiconque s’est un tant soit peu penché sur la question sait pertinemment qu’on ne devient pas « innovant » en claquant des doigts. Inventer de nouvelles façons de faire requiert beaucoup de temps, un peu d’argent et une pointe de fantaisie ; trois notions qui s’accordent mal avec notre époque.

Heureusement, il y a les objets connectés. Pour un prix modique, vous pouvez vous doter d’une panoplie de plates-formes web et de compteurs communicants garantis dernier cri. On vous accueillera alors à bras ouverts dans le club des « innovateurs ». Cependant, ne nous leurrons pas, le numérique n’échappe pas aux lois du marché. Un produit qui possède un haut niveau de sécurité informatique coûte cher. L’acheteur d’un thermostat bas de gamme prend le risque qu’un jour un pirate s’introduise dans son système et lui en soutire le contenu. Après tout, me direz-vous, c’est son problème. Eh bien, détrompez-vous, c’est aussi le vôtre ! Car un détecteur d’incendie mal protégé peut participer à une cyberattaque par « déni de service ». Cette méthode consiste à noyer un serveur informatique sous des messages. De la sorte, il ne peut plus réaliser la tâche qui lui est assignée. Pour planter le système, les pirates ont recours à des machines « zombies », des appareils qu’ils contrôlent à l’insu de leurs propriétaires. Quand la guerre est déclarée, les sondes de température et autres stations météo envoient toutes en même temps des demandes au serveur qui abdique.

Des caméras et des enregistreurs ont ainsi contribué le 21 octobre à un assaut de ce type contre le prestataire de services informatiques Dyn. Cette offensive, d’une intensité surprenante, a empêché pendant plusieurs heures certains internautes d’accéder aux sites de Twitter, Spotify, PayPal, Airbnb ou CNN. A trop vouloir tirer de l’or d’Internet, nous fournissons les moyens à des criminels de le saboter.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X