Territoires Lyon

Confluence expérimente la ville du futur

Lauréat de l’appel à projets « démonstrateurs industriels pour la ville durable », le projet Lyon Living Lab va s’attacher à faire émerger la ville de demain. Piloté par la SPL Lyon Confluence, avec Bouygues, GE/Alstom, associés à 70 industriels et la Métropole de Lyon, ce projet vise la mise en place d’un opérateur qui pilotera une plate-forme numérique de gestion des services à l’échelle de la Confluence. Pour Christian Grellier, directeur Open Innovation chez Bouygues Immobilier, le choix de Confluence s’imposait : « Nous connaissons bien ce quartier pour y avoir construit Hikari, le premier îlot à énergie positive. Nous allons aller plus loin avec la SPL en travaillant sur d’autres sujets que les performances énergétiques et en les gérant de façon coordonnée. » Ainsi, les champs d’application du projet toucheront à l’efficience et la résilience environnementale, la ville attractive et la ville saine. « L’un des enjeux de ce projet est de pouvoir lever les contraintes réglementaires pour permettre à l’innovation de se déployer », souligne Maxime Valentin, responsable développement durable et innovation à la SPL Lyon Confluence. Chaque année, les parties prenantes au projet comptent bien délivrer de nouveaux services sur chaque champ du projet, dont la mise en service d’une navette électrique autonome qui pourrait circuler, sans chauffeur, dès l’an prochain dans le quartier. « Mise au point par une entreprise lyonnaise, elle circule en Suisse mais pas en France. Nous attendons une dérogation, d’ici à la fin 2016, qui l’autorisera à rouler sur la voie publique », indique Christian Grellier.

Universitaires et sociologues.

Pour lever ces freins, les acteurs du projet se sont adjoint les services du cabinet d’avocats Lefevre Pelletier, qui portera les demandes de dérogation devant le ministère. Les parties prenantes œuvreront sur des mesures de qualité de l’air à l’extérieur et l’intérieur des logements, sur la qualité de l’alimentation en lien avec les producteurs locaux… « Nous travaillerons avec des universitaires et des sociologues pour comprendre les évolutions et intégrer ces usages à l’échelle d’un quartier », ajoute Christian Grellier. Living Lab a cinq ans pour faire émerger les services de la ville de demain.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X