Actualité

CONCURRENCE Les groupes présumés responsables des pratiques de leurs filiales

La Cour de justice des Communautés européennes a rendu un arrêt très attendu (C-97/08P), dans lequel elle adopte une grande fermeté vis-à-vis des sociétés mères pour les pratiques anticoncurrentielles commises par leurs filiales. Quatre filiales du groupe Akzo Nobel, et le groupe lui-même, ont écopé d’une amende de 20,99 millions d’euros dans le cadre d’un cartel mondial. La Cour énonce que, même si la société mère n’a commis aucune pratique litigieuse elle-même, elle peut être mise en cause dès lors qu’elle détient 100 % du capital de la filiale coupable. Cela suffit pour présumer l’absence d’autonomie de celle-ci sur le marché. La société mère ne pourra faire écarter sa responsabilité que si elle apporte des éléments tenant aux liens entre elle et sa filiale de nature à démontrer qu’elles ne constituent pas une seule entité économique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X