Management et prévention

Concilier solidarité et renouvellement des effectifs

Mots clés : Entreprise du BTP - Hygiène et sécurité du travail

Sous la conduite d’un jeune chef de chantier, un père de famille algérien de 42 ans, sans qualification, découvre les métiers du bâtiment à Mulhouse, dans l’établissement Zimmer, entité haut-rhinoise d’Eiffage Construction. Son insertion professionnelle s’inscrit dans le programme européen Equal, destiné à encourager l’égalité des chances face à l’emploi des personnes issues de l’immigration. Le groupe de BTP est entré dans Equal comme membre fondateur du Club des entreprises pour l’insertion (Cepi). Cette association patronale régionale fait partie des douze acteurs institutionnels du programme européen en Alsace.

« En tant que membre actif du Cepi, nous nous sommes d’emblée associés au programme Equal pour parrainer un candidat. L’objectif est de le guider dans l’apprentissage d’un métier », explique Jean Flon, responsable de la formation, du recrutement et de l’insertion chez Zimmer. Un engagement qui concilie pour l’entreprise une double mission de solidarité et de recrutement dans une branche qui peine à assurer le renouvellement de son personnel.

Faire partager sa passion

« Ils sont beaux les métiers du bâtiment, mais ils font peur. On manque de relève », juge Christophe Iopeti. Ce jeune chef de chantier s’est porté volontaire pour faire partager sa passion aux nouveaux venus. Il a lui-même bénéficié d’un stage de deux jours, organisé par le Cepi, pour le sensibiliser à son rôle de tuteur et aux enjeux du projet. Christophe Iopeti acquiert une compétence de manager interculturel, à la faveur de l’accompagnement d’un étranger sélectionné par l’entreprise de travail temporaire d’insertion, Inser Emploi à Mulhouse. « Kaddour n’avait aucune qualification, mais il était motivé. Je l’ai fait tourner dans les équipes pour lui faire découvrir nos différents métiers et trouver le poste le plus adapté à ses capacités. Je ne fais aucune distinction entre lui et les anciens. Il faut établir une relation de confiance. Une bonne ambiance de travail y fait beaucoup », explique-t-il.

A l’issue de cette période de découverte, Kaddour a décroché un contrat mission formation insertion (CMFI), financé par Inser Emploi, qui alterne 350 heures de formation théorique et pratique à l’Afpa et en entreprise. Si l’essai est concluant, il sera embauché comme coffreur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X