Dossier

Concevoir des bureaux à l’ère de la nomadisation du travail

L’agencement des bureaux témoigne d’une évolution importante des modes de travail. C’est aujourd’hui l’affaire de spécialistes, dont les prescriptions mixent à la fois rationalité, modularité et ergonomie.

«Le space planner n’est plus, place au workplace consultant ! résume Pierre-André d’Ornano, cofondateur de l’agence de conseil et de services en immobilier d’entreprise Mobilitis. À l’heure actuelle, l’aménagement de bureaux ne réside plus seulement dans une approche rationnelle de l’espace. Il consiste à discerner, voire anticiper les nouveaux usages du lieu de travail. » À cet égard, le space planning, concept apparu dans les années 1990 afin d’optimiser les surfaces dans une logique avant tout financière pour l’entreprise, a été intégré au sein d’une démarche beaucoup plus globale. Laquelle a été adoptée par la plupart des spécialistes de l’immobilier tertiaire, et agrège une multiplicité de compétences, allant de la renégociation d’un bail au conseil en organisation, en passant par la conception-programmation, voire dans certains cas, le design d’intérieur.

« Nos métiers se sont structurés au fur et à mesure que les manières de travailler ont évolué, avec une réelle accélération depuis 2010 liée à l’avènement du tout-numérique, note Pierre-André d’Ornano. Pour ce qui relève de l’aménagement proprement dit, la nomadisation du travailleur, entraînant un taux d’occupation réelle des locaux évalué entre 50 et 60 % dans la plupart des entreprises, ne pose plus tant la question de l’occupation de l’espace que de l’utilisation qui en est faite. » Concrètement,...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 345 du 21/10/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X