Métier

Compagnie de Phalsbourg met un pied dans le logement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Centre commercial - Magasin

Le spécialiste des centres commerciaux se lance dans le logement et à l’international. Il fait la part belle aux lots séparés.

Connu pour ses centres commerciaux en entrée de ville, dont l’Atoll près d’Angers, le groupe Compagnie de Phalsbourg se diversifie en s’attaquant au logement. « Nous sommes en apprentissage mais je note un manque profond d’innovation dans ce secteur. Aujourd’hui, les grands promoteurs verdissent des formules toutes faites sans forcément s’adapter aux évolutions sociétales », estime Philippe Journo, P-DG de la société, qui réalise 80 % de son chiffre d’affaires dans l’immobilier commercial. Celui qui est trois fois lauréat du concours de projets urbains Réinventer Paris (notamment avec le projet « 1 000 arbres ») va lancer en septembre la commercialisation de Nuages, un ancien immeuble de bureaux de 8 296 m² à Paris XIIIe, transformé en logements (124 lots) proposés entre 5 500 euros et 8 500 euros du m². La société livrera seulement le gros œuvre à l’automne : « Nous finalisons les parties communes et le jardin, à charge aux futurs acquéreurs d’aménager les logements pour un budget variant entre 700 et 1 400 euros du m² », estime le P-DG. Les copropriétaires disposeront aussi d’une chambre à partager et des services d’une conciergerie et d’une crèche. En parallèle, Compagnie de Phalsbourg développe 490 000 m² de projets, dont deux hôtels à Paris, l’aménagement d’une partie de la zone commerciale de Plan de campagne (dans les Bouches-du-Rhône), la création d’un village commercial à 40 km de Lyon, etc. Enfin, l’entreprise sort de l’Hexagone grâce à la construction d’un centre commercial de 65 000 m² près de Madrid. Livraison prévue début 2019.

Un P-DG qui « met le nez partout ».

Sur ses chantiers, Philippe Journo fait la part belle aux lots séparés et s’attache à travailler avec des entreprises locales. « Cela me permet d’être maître chez moi en contrôlant l’évolution de mon projet et les prix », avance l’homme d’affaires qui investit dans tous ses projets en nom propre. Et de poursuivre : « L’entreprise générale propose de s’occuper de tout, mais chaque évolution du projet coûte cher au maître d’ouvrage. » De son propre aveu, le P-DG « met le nez partout » et « connaît tous les prix » car « le paradis se cache dans les détails ». Pour ne pas vivre l’enfer, Philippe Journo demande à ses équipes un suivi très régulier. « Nous sommes présents à toutes les réunions de chantier », prévient-il. Ce chef d’entreprise féru d’architecture épluche les magazines spécialisés. Dès qu’une livraison lui tape dans l’œil, « je prends rendez-vous avec l’architecte, je m’intéresse à son travail pour comprendre sa méthode. Et je le recontacte lorsque j’ai un projet à lui proposer ». Lecteurs architectes, n’attendez pas de concours !

Contact : Chris Villedieu, directeur du service travaux. Joindre sa collaboratrice : jderouineau@compagniedephalsbourg.com

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

490 000 m² en développement (commerce, logement et hôtellerie).
72 millions d’euros de loyers facturés en 2015.
3 fois lauréat du concours Réinventer Paris.

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X