Réglementation

Comment évaluer et prévenir le syndrome vibratoire main-bras ?

Mots clés : Réglementation - Risque sanitaire

Santé. L’INRS vient de publier une brochure récapitulant les méthodes d’évaluation et les actions de prévention à suivre pour réduire l’exposition des travailleurs au syndrome vibratoire main-bras.

L’ utilisation de machines vibrantes portatives ou guidées manuellement telles que les marteaux-piqueurs, les compacteurs ou les brise-béton expose les mains, les poignets et les bras de celles et ceux qui les manipulent à des troubles chroniques connus sous le nom de syndrome vibratoire main-bras. Le risque est présent dès que l’utilisation est régulière et fréquente.


Selon les individus et l’amplitude des vibrations exercées sur les mains, les premiers troubles apparaissent de quelques mois à quelques années après le début de l’exposition. En France, près de 2 millions de salariés sont concernés selon l’Institut national de recherche et sécurité (INRS), soit près de 10 % des actifs, en particulier les travailleurs des secteurs du bâtiment, de la construction et des travaux publics.

Une maladie professionnelle reconnue

Les affections liées à l’exposition aux vibrations émises par les machines manœuvrées à la main sont reconnues depuis 1980 comme maladies professionnelles. Les symptômes se traduisent par des douleurs dans les bras et les mains, associées à une gêne fonctionnelle des mains ou des articulations, à une moindre sensation du toucher et de la perception du chaud ou du froid et à une perte de dextérité manuelle. À long terme, les lésions peuvent être irréversibles et continuer à s’aggraver malgré le retrait de l’opérateur de la source des risques. Chaque année, environ 150 cas de ces différents types d’affections sont reconnus. Le coût d’indemnisation de ces troubles de la santé touchant essentiellement des hommes de plus de 35 ans s’élève à 8 millions d’euros.

Les entreprises concernées

La prise en compte des risques liés aux...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5844 du 27/11/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X