Autres

Comment ça marche ?

Les pelles de production sont des matériels lourds, pesant entre 50 et 100 t. Elles sont dédiées à une seule tâche : creuser. Cette spécialisation apporte quelques spécificités sur une machine qui, dans son ensemble, diffère peu d’une pelle classique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

4 - La récupération d’énergie

Des mouvements répétitifs, un travail sans interruption : les pelles de production sont des matériels qui se prêteraient bien à une motorisation hybride. Aucune ne l’a, pour l’instant, adoptée, mais plusieurs sont déjà équipées de récupérateurs d’énergie qui conservent l’huile sous pression dans des boucles fermées grâce à des électrovannes pilotées informatiquement.

ENCADRE

5 - Le circuit de refroidissement

Avec leurs moteurs thermiques d’une puissance dépassant les 400 kW, qui fonctionnent sans interruption, ces machines ont besoin d’une grosse capacité de refroidissement, d’autant que les moteurs diesels de nouvelle génération chauffent davantage que leurs prédécesseurs, car une très haute température de combustion est nécessaire pour réduire leurs émissions polluantes.

ENCADRE

À surveiller - Le godet

Le godet contribue, à lui seul, à la moitié de la productivité de la machine. Sa taille est proportionnelle à la puissance de la pelle. La modélisation informatique permet d’améliorer sa forme pour en faciliter le remplissage, augmenter sa capacité et l’adapter en fonction de la nature des matériaux à extraire. De la même manière, le godet peut être renforcé par l’ajout de plaques d’acier antiabrasion aux endroits les plus exposés. Ces blindages pèsent lourd et ajoutent du poids mort, d’où un design précis pour ne mettre que ce qu’il faut là où il faut.

ENCADRE

1 - L’équipement

Dédiées uniquement à l’excavation, les pelles de production ont un équipement adapté, constitué d’un balancier court et d’une flèche monobloc renforcée. Pas d’attache rapide, pas de volée variable, mais une conception simple et robuste.

ENCADRE

2 - La cabine

Le conducteur d’une pelle de production ne quitte pas son poste, d’où l’importance de bénéficier d’un environnement spacieux et confortable. Très hautes, ces machines ne permettent pas un accès aux capots de plain-pied d’où la présence de garde-corps et de passerelles autour de la tourelle.

ENCADRE

3 - Le châssis

Le châssis donne à la pelle sa stabilité. Il est souvent surdimensionné par rapport au ratio d’une pelle classique. Un châssis plus large et plus lourd absorbe mieux les efforts et réduit les vibrations transmises à la machine. Le train de chenilles est, lui aussi, renforcé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X