Edito

Combat

Si l’on en croit la thématique choisie pour la prochaine biennale de Venise, l’architecture de combat est de retour. Son commissaire, le Chilien Alejandro Aravena, l’a affirmé pendant sa conférence de presse donnée à Paris le 24 février. L’architecture se doit de -proposer des solutions aux maux qui minent la planète. Et de lister, à l’aide d’un schéma ad hoc et dans le désordre : les inégalités, les ségrégations, les migrations, les catastrophes naturelles, l’insécurité, l’accès aux soins, la congestion urbaine, l’étalement des périphéries, les déchets et les pollutions. « Mais ce ne sera pas facile », concède-t-il. Si l’on peut raisonnablement considérer que l’architecture a cette capacité à résoudre localement et concrètement –...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 249 du 14/03/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X