Enjeux Insertion

Colas Ile-de-France Normandie s’appuie sur le Geiq pour recruter

Mots clés : Entreprise du BTP

Depuis près de trois ans, Colas Ile-de-France Normandie puise dans le vivier du Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (Geiq) BTP Ile-de-France pour renforcer sa politique d’embauches. « Nos relations ont démarré dans le cadre de la mise à disposition de salariés pour répondre à des clauses sociales dans les marchés publics », raconte Hervé Boitout, directeur des ressources humaines adjoint de cette filiale du groupe de TP.

Mais très vite, l’entreprise décide d’aller plus loin et lance des actions de formation et de recrutement d’opérateurs en déconstruction et en désamiantage. De cette fructueuse collaboration sont nés 50 contrats, dont sept ont donné lieu à un CDI. Colas Ile-de-France Normandie et le Geiq ont officialisé leurs relations, le 12 décembre dernier, par la signature d’une convention de partenariat. « De quoi resserrer symboliquement nos liens, sur le registre de l’insertion comme sur celui de la formation et du recrutement », commente Hervé Boitout.

L’entreprise a récemment accueilli sa troisième promotion. « Les candidats suivent une préparation opérationnelle à l’emploi (POE) de deux mois avant leur embauche en contrat de professionnalisation », décrit Philippe Le Callonnec, responsable RH du pôle déconstruction. Un groupe d’ouvriers VRD, également recrutés dans ce cadre fin 2016, vient d’être intégré au chantier du tramway T4, au nord de Paris.

Entraîner les sous-traitants dans la démarche. Mais cette collaboration ne s’arrête pas là. L’entreprise travaille aussi sur une opération de recrutement et de formation de mineurs boiseurs. « Nous embauchons en outre, avec l’aide du groupement, sur des fonctions moins classiques, dans le domaine de la réhabilitation sociale, par le biais de notre agence Bâtiment milieu occupé », ajoute Philippe Le Callonnec. Une salariée accompagnée par le Geiq officie par exemple depuis un an à un poste d’assistante administrative. Colas Ile-de-France Normandie invite à présent certains de ses sous-traitants à s’inspirer de son exemple. Une petite entreprise de maçonnerie a ainsi embauché deux personnes en CDI via ce dispositif, soit pas moins de 10 % de ses effectifs.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X