Autres

CMEG, le béton innovant

Mots clés : Béton - Technique de construction

La Scop caennaise, déjà dépositaire de la matrice CCV, a développé avec Acome le P2P, un mur préfabriqué intelligent.

Coopérative métropolitaine entreprise générale. L’histoire de CMEG, c’est comme le Port-Salut, c’est écrit dessus ! La société, créée en 1950 à Paris par André Faine, et dirigée aujourd’hui par Gilles Florentin, a toujours eu le statut de société coopérative de production (Scop). Elle est identifiée depuis la reconstruction à la métropole caennaise, où, sur le même site de Bretteville-l’Orgueilleuse (Calvados), elle réunit son siège, son bureau d’études et son usine de préfabrication. Spécialiste du béton, CMEG a, en outre, la compétence entreprise générale. Sous l’acronyme, la baseline dit le reste : « Bâtisseurs d’innovations ».

« L’entreprise s’est toujours développée par la technologie », souligne Matthieu Dufeu, ingénieur R & D chez CMEG. Cela a commencé dans les années 1980 avec le CCV, ou « composite ciment verre ». Le CCV est, en effet, un béton de fibres alliant ciment, résine, sable, eau et fibres de verre. Mis en œuvre par projection simultanée, se caractérisant par son faible poids (30 kg/m2), qui permet une manutention facile des panneaux, ses atouts sont multiples : aspect minéral, grande surface (jusqu’à 20 m2), résistances mécanique, thermique et acoustique, étanchéité à l’eau, liberté des finitions offrant une multitude de combinaisons adaptées au caractère individuel de chaque réalisation. « La mode du béton esthétique et de l’isolation par l’extérieur a totalement relancé le produit, explique Matthieu Dufeu. Nous avons un an et demi de commandes devant nous ! » Le CCV est certifié Qualibat et respecte la RT2012.
L’innovation se poursuit désormais en collaboration avec une autre Scop normande, Acome. Dans un premier temps, les ingénieurs de CMEG ont mis au point le P2P, un mur en panneaux double peau à très forte inertie thermique. Une construction en P2P s’apparente à celle d’une maison traditionnelle provençale, dont la température intérieure est stable quel que soit le temps qu’il fait dehors. Cette enveloppe isolante est en conformité avec les normes 2012-2020. « Les panneaux P2P sont fabriqués sur mesure dans notre usine de Bretteville-l’Orgueilleuse, précise Matthieu Dufeu. Ce process permet d’intégrer, dès la fabrication, les réservations de réseau électrique et de communication mais également les supports de menuiseries. » Le P2P, dont la peau extérieure présente l’aspect d’un revêtement naturel, s’assemble comme des Lego, tout en laissant à l’architecte la liberté de jouer sur la finition des parements. « La dernière évolution, développée avec Acome, consiste à fabriquer des panneaux chauffants et rafraîchissants, révèle Matthieu Dufeu. Nous avons testé le produit à l’occasion de l’extension de notre siège en 2015, à la suite de quoi le procédé a été breveté. »
Parce que des bâtisseurs d’innovations n’arrêtent jamais d’inventer, CMEG conduit actuellement, en partenariat avec l’Ecole supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen, un projet de recherche sur la fabrication de béton à partir de lin.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

35 millions d’euros CA 2015
200 salariés dont 70 en usine
3 directeurs en 66 ans

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X